AGEMO IV – Résumés des communications

– Sommaire –
Cliquez sur le titre de la communication pour un accès rapide au résumé

 


 

– Résumés des conférences –

 

Alexandropoulos Jacques (Université Toulouse – Jean Jaurès),
De l’époque coloniale aux indépendances : que faire de la Carthage punique ?

Si l’image de la Carthage punique dans les réceptions coloniales de l’Antiquité n’était pas univoque, et si, malgré une dominante défavorable, certaines perceptions antagonistes s’y manifestaient, ces dissonances se retrouvent aussi dans les romans nationaux maghrébins, aussi bien dans le temps que dans l’espace. Pour l’Algérie, on opposera ainsi le portrait plutôt favorable qu’en trace Moubarak Al-Mîlî (1889-1945) dans son Histoire de l’Algérie publiée en arabe en 1927, au réquisitoire dressé par Mohamed Chérif Sahli (1906-1989) dans Le message de Yougourtha publié deux décennies plus tard. On connaît aussi les différences notables de réception de la Carthage punique en Tunisie et en Algérie après les indépendances. Ce sont les phénomènes d’échos et d’opposition qui relient ces diverses réceptions qui vont nous occuper, avec une attention particulière apportée aux témoignages de Moubarak Al Mîlî et Mohammed Chérif Sahli. 

 

Ben Mansour Manel (Université de la Manouba, Tunis),
À leur façon de s’habiller ce sont des barbares. Les Carthaginois stigmatisés par leurs ennemis dans la tradition classique.

Dans leur article qui porte sur le corps et ses parures dans l’Antiquité grecque et romaine, F. Gherchanoc et V. Huet n’ont pas manqué de noter que « le corps permet, en effet, de penser l’individu ». On penche plutôt à croire que moins le corps physique qui sert à identifier l’individu que le corps comme signifiant social orné par une parure conformiste : l’habit servirait alors à reconstruire les identités.
Conscients que les identités s’expriment, entre autres, à travers les apparences, certains auteurs anciens focalisent sur le goût vestimentaire punique afin de stigmatiser les Carthaginois et les dépeindre comme un peuple barbare. Dans cette optique, Plaute insista sur le manteau ’’ tombant’’ et sans ceinture d’Hannon. Le « petit carthaginois » apparait comme un efféminé. Le double éclairage recherché par l’auteur comique latin permet parallèlement de brosser le modèle parfait du Romain. Dans la même perspective, Timée, dans un discours attribué au libérateur corinthien Timoléon, insiste sur les longues manches des tuniques puniques. L’assertion évoque tacitement   l’image des Mèdes dont le portrait souvent évoqué par les sources grecques présente des similitudes avec celui des Carthaginois.

Si la stigmatisation des Carthaginois chez Plaute et Timée passe par des assertions inhérentes aux   longs fourreaux de tissu qui enveloppent les bras et les corps des puniques, Polybe, sur un temps inhabituel chez lui, préfère plutôt décrire la chlamyde de pourpre bariolée portée par le dernier dirigeant carthaginois Asdrubal. Ainsi, et par de petites touches, Polybe dépeint un général carthaginois efféminé exerçant un pouvoir absolu sur une cité endeuillée. Ce choix permit à l’auteur de dresser un parallèle entre le dirigeant carthaginois d’une part et les pires tyrans grecs et monarques perses d’autre part.
Le même procédé figure chez Diodore de Sicile décrivant le retour d’Himilcon le Magonide, l’auteur insiste sur l’habillement en lambeaux porté par le général en chef carthaginois après sa défaite devant les murailles de Syracuse La description n’est pas sans rappeler l’image de Xerxès I de retour à Suse couvert de « vêtement en lambeaux » dans les Perses d’Eschyle.
L’étude que nous proposerons tentera de dégager les ressorts de ces assertions inhérentes à l’accoutrement des Carthaginois. 

 

Bernard Gwladys (Casa de Velázquez, Madrid)
Carthage à l’écran : la cité « punique » au goût des autres.

Si les Phéniciens sont quasiment absents des écrans de cinéma et de télévision, les Carthaginoises et les Carthaginois ont fait leur apparition dès les débuts du cinéma. En 1910, soit douze ans après le premier film d’antiquité, Didon, la reine de Carthage, surgit sur les écrans italiens, suivie par diverses relectures de Salam(m)bô : l’opéra et la littérature du XIXe, sources d’inspiration essentielle du cinéma européen naissant, fournissent au 7e art les premières images et archétypes concernant Carthage, partenaire passionnelle de Rome. Le cinéma italien construit progressivement un mythe cinématographique de l’étrange et terrifiante Carthage, utile pour fasciner et édifier le spectateur européen en le convaincant de la supériorité nécessaire de la cité romaine et de la justification du destin tragique de la cité punique. Si les Carthaginois restent des adversaires formidables, les Romains doivent à tout prix les vaincre : le contexte international de Cabiria (1914) ou de Scipione l’Africano (1937) éclairent ces lectures antagonistes. Le contexte évolue progressivement dans les années 1960 et 1970, avec la multiplication des films américains et anglais mettant en scène la figure renouvelée d’Hannibal, et le développement d’un intérêt progressif pour la représentation des Puniques à l’écran, dans un contexte artistique et technique profondément changé. Mais le goût dominant reste centré sur l’affrontement militaire entre Rome et Carthage, avec une esthétique classique de sword and sandals movie hollywoodien ; seules quelques œuvres marginales cherchent à explorer d’autres visions de la cité rivale de Rome. 

 

Bonnet Corinne (Université Toulouse – Jean Jaurès)
« Une certaine condamnation de l’art phénicien » (E. Renan, Mission de Phénicie, p. 820) : dégoût et réhabilitation de la culture matérielle phénicienne aux XIXe et XXe siècles.

Taxé d’inexistant, réduit au rang d’artisanat, marqué au sceau de l’imitation ou de l’éclectisme, dominé par le goût grec ou égyptien, l’art phénicien n’a pas bonne presse depuis la Mission de Phénicie d’Ernest Renan et l’Histoire de l’Art de Perrot-Chipiez (1882-1914). Dans ces deux ouvrages, la notion de « goût » est fréquemment mobilisée pour hiérarchiser les formes de culture matérielle, de l’architecture à l’orfèvrerie, en passant par la coroplathie ou les stèles figurées. Bon ou mauvais, exquis ou discutable, indigène ou gréco-romain, le goût sert d’arbitre culturel et s’applique aux personnes comme aux choses, aux comportements comme aux styles. Ce qui ressort, c’est que, pour le dire avec Renan, « la Grèce a créé l’absolu de la raison et du goût » (p. 830) par rapport auquel tout le reste est jaugé. On approfondira ces discours en prêtant attention à deux ingrédients qui les mettent en tension : l’antisémitisme d’une part et la phénicomanie de l’autre, qui fait grand cas de l’art orientalisant en Grèce. 

 

Cazeaux Mathilde (École normale supérieure, Lyon)
Goût et dégoût de Carthage dans l’Africa de Pétrarque.

Dans l’Italie du Quattrocento, Pétrarque travailla, depuis les jours de sa jeunesse jusqu’à la fin de sa vie, à son grand-œuvre, à l’Africa, épopée relatant la deuxième guerre punique. Nous nous attacherons dans un premier temps à expliquer le goût de Pétrarque pour cet épisode, dans le contexte politique qui est le sien, et peut-être in fine son dégoût, puisque l’Africa resta inachevé. Son épopée apparaît comme un projet historique et politique, visant à restaurer la gloire de l’Italie et son unité autour de l’image d’une Rome triomphante et de la pureté morale de l’époque républicaine, mais les désillusions de Pétrarque ne sont sans doute pas étrangères à l’abandon du chantier. Dans un second temps, on verra, à travers l’analyse de quelques grandes figures carthaginoises (Didon, Hannibal, Hasdrubal, Hannon, Sophonisbe), que malgré l’aversion générale marquée pour Carthage, que Pétrarque hérite de toute la tradition latine, l’attrait de ces personnages contribue de façon majeure à la saveur de l’Africa. 

 

Dridi Hédi (Université de Neuchâtel)
L’Autre idéal. Réflexions critiques sur la question de la perception des Phéniciens et des Carthaginois, de l’Ancien Testament aux jeux vidéo.

Peu de témoignages directs nous renseignent sur les mœurs des Phéniciens et des Puniques. Mais dans les littératures de leurs voisins et/ou partenaires grecs, judéens, ou romains qui se sont conservées jusqu’à nous, ils semblent représenter une « altérité familière ». Ils ont de plus eu le bon goût de produire une plastique dont les canons et l’exécution sont résolument aux antipodes de notre perception courante de la beauté antique, façonnée par des siècles de culture classique. La conjonction de ces « circonstances aggravantes » en a fait l’Autre idéal, celui qui est régulièrement mis en avant pour illustrer l’étrangeté ou l’exotisme. Mais ce statut n’est-il pas davantage une construction moderne, s’appuyant souvent sur une lecture sélective des sources bibliques et classiques d’une part et alimentée par l’orientalisme du XIXe s., en particulier Salammbô, l’œuvre magistrale de Gustave Flaubert, d’autre part ? 

 

Fani Alpi Zeina (Lebanese University)
Un arrière-goût du Fer en Phénicie romaine.

Les reliefs divins sculptés de la période romaine témoignent au Liban de thèmes et de motifs souvent bien antérieurs au Ier s. av. J.-C. et qui relèvent d’une inspiration nettement régionale. On sait que l’historien Philon de Byblos (ca. 65-140) insistait sur l’originalité et l’antiquité du panthéon local. De fait, on peut rapprocher ainsi le traitement de la façade du temple de Chhîm (IIe s. apr. J.-C.) des naïsques sidoniens datés des IXe-Ve s. av. J.-C. La thématique du Soleil ailé, que l’on rencontre à Byblos, Chhîm ou Baalbek, d’inspiration égyptienne, atteste une longue continuité iconographique entre la Phénicie ancienne et les décors sculptés romains. Les divinités flanquées d’animaux, les trônes dits d’Astarté ou les figures de prêtres aux bonnets coniques performant sur des thymiatères confirment l’enracinement des représentations dans un substrat oriental. 

 

Fennet Annick (UMR 8546 AOROC, Paris)
Un imaginaire phénicien et punique de fin de siècle : autour de la maison phénicienne de Charles Garnier à l’Exposition universelle (1889).

Parmi les civilisations que Charles Garnier choisit de représenter dans son Histoire de l’habitation conçue pour de l’Exposition universelle de Paris de 1889, aux pieds de la Tour Eiffel, figure une maison phénicienne. Imprimés et documents d’archives permettent de reconstituer la genèse du projet et la réalité de cette reconstitution. La communication s’attachera également à contextualiser cette réalisation, en tant que fruit d’influences diverses (orientalisme scientifique, artistique, recherche du pittoresque tout autant que des « racines de la civilisation ») et dans sa réception par le public de la fin du XIXe s. 

 

Fumado Ortega Iván (Universitat de València)
Histoires de Carthage, entre traductions, historiographies, fouilles oubliées et une objectivité évanescente.

Depuis le début du XVIIIe siècle l’on trouve des histoires de Carthage dont la rédaction aspire à l’objectivité comportant déjà des éléments scientifiques, au moins en France. Cette communication abordera des caractéristiques méthodologiques et idéologiques de certains de ces histoires de Carthage publiées en France et en Europe de 1730 à nos jours. La structure des contenus des œuvres sera mise en évidence, ainsi que le poids accordé par leurs auteurs aux sources littéraires anciennes, à leur historiographie récente et à l’archéologie. Une attention particulière sera accordée à la tension créée entre la recherche d’objectivité par l’utilisation de données de plus en plus précises et la subjectivité inhérente à leur interprétation. 

 

Ghrandi Nadia (Université de Tunis)
Une vision caricaturale des Carthaginois dans le Poenulus de Plaute ? Une tentative d’interprétation.

Le Poenulus occupe une place à part dans le corpus des comédies latines, généralement, et celles de Plaute, en particulier. En effet, les passages en punique tenus par le personnage central Hannon, sont très discutés. En fait, ils sont comparables par les spécialistes modernes aux textes des inscriptions puniques. En outre, cette pièce confronte le spectateur romain à un héros non grec qui n’est autre que l’ennemi d’autrefois. Notre propos essaiera d’éclairer les points suivants : Plaute choisit-il dans cette pièce de caricaturer l’ennemi carthaginois et d’enfoncer la vision stéréotypée de l’ennemie de Rome ou cherche-t-il plutôt à lancer un appel à la paix ? 

 

Gitton-Ripoll Valérie (Université Toulouse – Jean Jaurès)
L’influence du goût punique sur la boulangerie romaine : le pain aromatisé à la nigelle.

Pline l’Ancien n.h. 19, 167 affirme que les boulangers parsèment le pain de la graine de la plante appelée git pour l’aromatiser. Il s’agit de la nigelle ou cumin noir (Nigella satiua L.). Or l’usage de cet aromate n’est pas connu à Rome avant Varron, qui le présente comme un mot indéclinable (donc pas latin). Il n’apparaît pas non plus avec cet usage dans les textes médicaux grecs (où il est désigné par μελάνθιον). La présence de ce terme dans les textes agronomiques latins issus de la traduction sénatoriale de Magon (146 av. J.C.) signifie-t-elle que l’usage de ce condiment a été introduite par les Puniques ? Il est en tout cas prescrit en médecine vétérinaire pour donner de l’appétit aux chevaux amaigris. Il faudra pour confirmer cette hypothèse examiner l’usage de la nigelle en boulangerie dans le monde méditerranéen, et son non-usage dans les textes culinaires et médicaux grecs. 

 

Guillon Élodie, Scapin Matthieu, Soler Mathieu (Université Jean Jaurès, Musée Saint Raymond, UMR 5608 Traces, Toulouse)
Malheur aux vaincus : présences et absences de l’image du Phénicien dans les médias contemporains.

En 2005, et 2015 deux analyses de Corinne Bonnet montraient combien les Puniques et les Phéniciens représentaient les nations vaincues par excellence, que ce soit contre les Romains ou Alexandre. Le silence qui les caractérise, dans le concert des sources de leurs voisins méditerranéens, renforce et justifie l’idée même de leur défaite. Pourtant, un intérêt a toujours existé pour ces vaincus, même lorsqu’ils sont simplement convoqués en tant que miroir d’une Antiquité grecque ou romaine qui nous est souvent plus familière. Alors, plus d’un siècle après Salammbô, bien que des travaux aient souligné le goût pour l’Antiquité de notre société contemporaine, la question mérite d’être reposée : a-t-on encore aujourd’hui de l’intérêt pour ces vaincus, au-delà des cercles historiens et érudits ? Le grand public montre-t-il toujours un goût pour les mondes phéniciens et puniques ? Et est-il conditionné par les grilles de lecture influencée par le poids des représentations classiques ? Pour tenter d’y répondre, nous proposerons d’examiner un corpus de romans, bandes dessinées et productions audiovisuelles et musicales parus entre le début du XXe siècle et aujourd’hui. Nous y mettrons en lumière les grandes lignes qui caractérisent les Phéniciens et les Puniques qui y sont mis en scène, avant de proposer une synthèse sur la réception de ces derniers dans le corpus analysé, puis d’amorcer un parallèle avec des romans et des jeux parus dans les années 2000 en Espagne, actuellement un des pays moteurs de l’archéologie phénicienne et punique. 

Mezzolani Antonella (Chercheur indépendante)
« Punique égyptien… punique en général… punique grec… » : la perception de la culture punique dans la Sardaigne du XIXe siècle à travers les lettres de Léon Gouin.

La personnalité de Léon Gouin, ingénieur des mines qui a longtemps vécu en Sardaigne, est bien connue par les spécialistes des antiquités de l’île, puisque sa « raccolta che può dirsi “un museo” », selon la définition du chanoine Spano, doyen de l’archéologie de l’île, a apporté une contribution très importante au Musée National de Cagliari, grâce au matériel allant de la période nuragique à l’époque romaine impériale. Une attention particulière à l’architecture des tombes et aux objets puniques est visible dans les lettres envoyées par l’ingénieur au père Delattre et conservées près de la Casa Generalizia dei Padri Bianchi de Rome : ces documents de correspondance nous permettent de réfléchir sur la perception de la culture punique en Sardaigne après la moitié du XIXe siècle par les amateurs d’archéologie, ainsi que sur la pratique fructueuse de l’échange d’informations savantes avec les érudits les plus reconnus. 

 

Reimond Grégory (Université Toulouse – Jean Jaurès)
« Quand nous débarrassera-t-on enfin de cette sémitomanie rétrospective ! ». Quelques notes autour d’une lettre de Théodore Reinach à Pierre Paris.

Entre la fin du XIXe et le début du XXe siècles, la découverte d’une nouvelle culture méditerranéenne, celle des Ibères, est avant tout le fait d’hommes de science pétris de culture classique. Qu’il s’agisse d’étudier leur grande sculpture en pierre ou leurs productions céramiques, les débats s’attachent d’abord à en démêler l’origine en partant du principe qu’un peuple barbare ne peut avoir donné naissance à lui seul à une culture matérielle originale. Il a nécessairement été éduqué par des voisins plus civilisés. Les discussions tournent en partie autour de la part qu’il convient de réserver aux influences grecques et phénico-puniques. Un tel dossier permet donc de saisir le regard que portent les érudits d’alors sur les mondes phéniciens et carthaginois, sur leur art et, partant, sur leur goût. Leurs discours s’élaborent dans un contexte bien particulier qui se reflète avec force dans la production historiographique d’alors : celui de La France juive d’Édouard Drumont et de l’affaire Dreyfus. 

 

Tahar Mohamed (Université de Tunis)
Le goût du pathos dans le livre africain d’Appien.

Si l’on s’en tient à la valeur des éclairages historiques rapportés, l’on se rendra facilement compte qu’Appien, malgré les efforts de réhabilitation, a très souvent pâti d’une piètre estime. Néanmoins, les critiques lui reconnaissent un talent indéniable. L’auteur alexandrin excelle dans l’art de la description. Intelligemment insérée dans la narration et loin d’être un simple artifice de rhétorique, l’ekphrasis ou la description chez Appien, en s’appuyant sur une solide formation littéraire, permet de dépeindre une situation et de rendre l’émotion du moment. Le lecteur devient ainsi spectateur. 

La contribution que nous proposons tentera dans un premier temps de situer les scènes qui sont au cœur de la communication dans leur contexte événementiel avant de focaliser sur cette mise en scène montée par l’auteur alexandrin à travers la description des cadres spatiaux, et les protagonistes en place. 

L’analyse de la réaction des Carthaginois sera abordée dans la troisième partie. Notre objectif sera de démontrer qu’Appien a, subtilement, pu faire cohabiter polyphonie, gestuelle et silence mais un silence assourdissant qui en dit plus que les mots. 


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search