AGEMO IV – Argumentaire

AGEMO IV
Le Goût des autres : les Phéniciens au prisme des sources grecques et latines, de l’historiographie et des arts modernes et contemporains

Université Toulouse Jean Jaurès

7-8 février 2022

Comité scientifique et d’organisation

Pour l’Université Toulouse Jean Jaurès : Corinne BONNET, Jean-Marc LUCE, Véronique KRINGS, Jérémy BONNER.

Pour l’Université Paul Valéry – Montpellier III : Christophe CHANDEZON.

Pour le programme AGEMO : Bruno D’ANDREA (Madrid Institue for Advanced Studies), Marie DE JONGHE (UMR 7041, ArScan, Nanterre), Mohamed TAHAR (Université de Tunis), Manel BEN MANSOUR (Université de Tunis).

Organisation

Université Toulouse – Jean Jaurès (Unité de recherche PLH, Patrimoine Littérature Histoire et Département d’Histoire), École des hautes études hispaniques et ibériques (Casa de Velázquez, Madrid), Laboratoire de Recherche Histoires des Économies et des Sociétés Méditerranéennes (Université de Tunis), École française de Rome, Scuola Archeologica Italiana di Cartagine, Région Occitanie.

 

Cette rencontre scientifique s’inscrit dans le programme de recherche et formation AGEMO – Archéologie et histoire du goût dans les sociétés phénicienne et punique). Ce programme, développé entre l’Université de Tunis, la Casa de Velázquez, l’École française de Rome et l’Université de Toulouse Jean Jaurès, a pour objectif d’aborder, en comparant et croisant différents types de sources (archéologiques, épigraphiques, iconographiques, littéraires, etc.), la question du goût dans les sociétés phénicienne et punique.

La rencontre scientifique de février 2022 sera dédiée à la réception des « antiquités phéniciennes et puniques », au sens large, par le biais des sources littéraire grecques et latines, de l’historiographie et des arts modernes et contemporaines. Elle s’inscrit dans l’Axe 2 du Laboratoire PLH « Goût et dégoût du patrimoine : productions littéraires, culture matérielle, pratiques sociales ». L’angle d’approche sera, en effet, la notion de « goût » commune à tout le programme de recherche AGEMO et à l’Axe de PLH, qui n’a jamais été appliquée à ce jour au champ des études phéniciennes et puniques. Il s’agira donc de scruter les sources littéraires grecques et latines, mais aussi la littérature postérieure à l’Antiquité, qui émanent toutes de cultures extérieures au monde phénicien et punique, et entraînent nécessairement des distorsions.

En général, ces sources assignent aux Phéniciens une place plutôt marginale et le plus souvent négative. Carthage, en particulier, apparaît comme le paradigme d’une altérité irréductible en tant que nation ennemie et vaincue, un « poids mort de l’histoire », comme on peut lire dans certains ouvrages savants, symbole d’un Orientalisme décadent ou mystique. Cette image des Phéniciens et des Carthaginois a nourri une vision durablement négative, volontiers stéréotypée, voire fantasmée, qui a notamment été instrumentalisée par les politiques européennes d’époque coloniale et par l’historiographie moderne et contemporaine. Reprenant, d’une manière ou d’une autre, des jugements de valeur anciens, véhiculés à satiété par une tradition classique, écrivains, artistes, savants ont décrit les Phéniciens comme des imitateurs sans génie des arts égyptiens, chaldéens (comme on disait alors), assyriens ou grecs, ou comme des alchimistes combinant sans goût propre de multiples influences, incapables de créer un art qui leur soit propre, cantonnés au mieux dans un artisanat très mobile mais inesthétique.

Les recherches sur et à Carthage ont, en outre, de manière plus ou moins consciente, été accompagnées ou inspirées par l’empreinte de Flaubert. Salammbô et toutes les œuvres dérivées, du cinéma avec Cabiria en 1914 jusqu’à la BD avec Alix, fabriquent l’image d’une culture baroque, sanguinaire et mystique à la fois. Si, comme l’écrit H. Dumont au sujet du cinéma, « la mise en scène du passé est forcément aussi un miroir du présent », alors la manière d’aborder évènements et personnages historiques véhicule des éléments de connaissance et de compréhension de la société qui produit et relaie ces discours.

Le Colloque AGEMO IV, qui marquera la fin du programme triennal de recherche, vise à interroger l’imaginaire phénicien et punique véhiculé par les discours et les pratiques savantes et artistiques de l’Antiquité et des époques moderne et contemporaine. Le prisme du goût permettra de travailler sur les jugements de valeur et les hiérarchies culturelles sous-jacents. Plus spécifiquement, le Colloque sera structuré autour des thématiques suivantes :

o Les goûts (et dégoûts) artistiques et esthétiques, vestimentaires, alimentaires, etc., des acteurs des mondes phénico-puniques lus au prisme des auteurs grecs et romains.

o Les goûts caractérisant la culture phénicienne et punique tels qu’ils sont perçus, reconstruits et analysés par la littérature scientifique des XVIIIe-XXIe siècles.

o La réception de la culture phénicienne et punique dans les arts modernes et contemporains, en lien avec l’évolution des goûts.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Marie De Jonghe (16 septembre 2021). AGEMO IV – Argumentaire. AGEMO. Consulté le 15 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/atbv


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search