AGEMO III – Compte-rendu de la rencontre

Par Marie De Jonghe, Bruno D’Andrea et Mohamed Tahar

Les 4 et 5 mai 2021, s’est déroulée à Madrid la troisième rencontre scientifique du programme AGEMO. À la suite de l’école thématique de Tunis, et des journées d’étude de Rome, cette rencontre a été organisée par les trois coordinateurs du projet, avec le soutien de tous les partenaires du programme. La Casa de Velázquez a accepté d’accueillir la rencontre après son report, et de mettre à disposition les moyens nécessaires à la bonne tenue « hybride » d’AGEMO III. Comme pour Rome, la situation sanitaire n’a pas permis à l’ensemble des participants de nous rejoindre à Madrid, et les journées d’étude ont donc été maintenues avec une majorité en visioconférence, et deux pôles en présentiel, l’un à Madrid, et l’autre à Tunis, grâce à la salle mise à disposition pour l’occasion par le Centre Arabe de Recherche et d’Études des Politiques (CAREP). L’ensemble de ces dispositifs ont permis à une centaine de chercheurs des deux rives de la Méditerranée de suivre les deux jours, et notamment des participants des rencontres précédentes.

L’objet de la rencontre d’AGEMO III était d’interroger la notion d’une construction du goût culturel dans les sociétés phéniciennes et puniques. C’est-à-dire en regard de l’alimentation et des pratiques de consommations, nous concentrer sur le goût qui identifie et qui parfois hiérarchise, mais qui surtout s’inscrit dans ce que Bourdieu appelle le « mode de vie », mais aussi les constructions sociales véhiculées par le goût, ce qu’elles disent des individus, et comment les appréhender. Pour préciser un peu plus les choses, le goût qui nous intéresse c’est un goût qui se consomme, qui s’affiche, ou qui se revendique. Finalement, c’est le goût qui définit la place de chacun par rapport à l’autre (avec un grand A). Comme toutes constructions culturelles, il s’agit d’un processus dynamique auquel plusieurs facteurs (individuels, familiaux, sociaux, religieux) participent de manière oppositionnelle et/ou agrégative. Le goût serait donc le choix conscient ou inconscient porté sur l’objet, l’appréciation que l’on a de lui, et surtout ce que cela dit de nous. Au sein d’une même culture les individus, ou les groupes sociaux, ou les deux, ne font pas la même expérience de l’objet. Le goût peut être tout à la fois individuel et général.

À l’occasion de ces rencontres, l’objectif n’était pas de définir le goût phénicien ou punique, mais bien le proposer comme un outil, une grille de lecture de cette culture, qui est si riche et diverse. Par ailleurs, le « goût » phénico-punique n’existe pas en tant que tel, tout comme il n’existe pas « un » monde phénico-punique. Pour construire ces réflexions, les journées se sont organisées en trois sessions :

  • Goût, norme et société
  • La construction du goût, transmission, réception, points de rencontre
  • Le goût, l’affirmation d’une culture ?

L’ouverture de cette rencontre a été faite par Gwladys Bernard, directrice des études anciennes et médiévales à la Casa de Velázquez, et nous avons eu la chance de pouvoir écouter Atilio Mastino, au nom de la Scuola Archeologica di Cartagine, qui à son tour à bien voulu se plier à l’exercice du goût archéologique et plus précisément sa continuité et ses points de rencontre avec une réflexion sur la base de colonne de San Nicolò Gerrei, en bronze avec inscription trilingue qui est conservée au Museo di Torino (deuxième moitié du IIe siècle ou débuts du Ier siècle av. n.è.).

Après une introduction au programme AGEMO par les trois coordinateurs du programme, nous avons pu écouter la conférence inaugurale d’Ana Delgado Hervás (Universitat Pompeu Fabra, Barcelone) [→] dont les travaux sur les liens entre l’alimentation, les identités et les groupes sociaux dans les sociétés phéniciennes et puniques accompagnent notre bibliographie depuis le début du projet. Sa conférence portant sur les liens entre les hiérarchies sociales et les pratiques alimentaires nous a également permis de faire le lien entre les problématiques d’AGEMO II et III.

La première session intitulée « Goût, norme et société », présidée par Pierre Rouillard (CNRS) s’est ouverte avec une conférence de Marie De Jonghe (ArScan) [→] autour de la place qu’il est possible d’allouer au goût dans l’étude des nécropoles phéniciennes de Méditerranée occidentale, face au poids théorique de la norme funéraire. Elle a été suivie par Meritxell Ferrer  (Universitat Pompeu Fabra) et Mireia López-Bertran  (Universitat de València) [→] qui ont proposé une réflexion empreinte d’archéologie sensorielle et les goûts alimentaires et culturels se manifestant dans les contextes funéraires. Mounir Fantar (Institut National du Patrimoine Tunis) [→] a ensuite présenté un panorama des manifestations de la culture hellénique dans la cité punique de Kerkouane, et les points de rencontre avec le goût punique. Puis, nous avons suivi avec Adriano Orsingher  (Universitat Pompeu Fabra) [→] une vraie remise en question de l’analyse bourdieusienne du goût culturel appliquée à l’archéologie, et plus particulièrement sur le site de Motyé. Enfin pour conclure cette première session, Sonia Hafiane Nouri  (Université de Tunis) [→] s’est penchée sur l’existence d’un goût spécifique qui pourrait éventuellement être décelé dans les stèles du tophet de Carthage dédiées par des sufètes.

La seconde session dédiée à « La construction du goût, transmission, réception, points de rencontre » était présidée par Alfredo Mederos Martin (Universidad Autonoma de Madrid). Elle s’est ouverte sur une conférence de Michele Guirguis (Università di Sassari) [→] qui a appréhendé le goût par les points de rencontre culinaires en Sardaigne, entre les Phéniciens et les communautés autochtones. Puis, José Luis López Castro  (Universidad de Almería) [→] a présenté un panorama exhaustif de la production et la consommation du vin, et plus particulièrement son adaptation depuis l’Orient jusqu’aux communautés phéniciennes d’occident. Elle a été suivie d’une conférence à six mains par Fernando Prados Martinez (Universidad de Alicante), Helena Jiménez  (Universidad de Murcia) y Octavio Torres  (Universidad de Alicante) [→] qui nous ont présenté leurs recherches récentes sur l’île de Minorque, et les différents processus de construction culturels qui s’y rencontre pour la Protohistoire. Cette session s’est terminée sur une très belle conférence de Francisco B. Gomes (UNIARQ, Universidade de Lisboa) [→] qui a proposé un travail tant sémiotique qu’archéologique autour du phénomène dit « Orientalisant » et ses manifestations au sud du Portugal.

Enfin, la troisième session qui ouvrait sur la question suivante « Le goût, l’affirmation d’une culture ? » a été présidée par Gwladys Bernard (Casa de Velázquez). Elle a débuté avec une conférence de Jérémy Artru  (Université d’Orléans – Iramat-Ceb) [→] qui en interrogeant la pertinence de la numismatique punique pour l’étude du goût, a construit une réflexion très poussée autour des modèles de figures féminines représentées sur le monnayage carthaginois, et ses liens avec les modèles iconographiques et objets archéologiques. Maroua Yahyaoui  (Université de Tunis) [→] a ensuite présenté un travail autour d’une stèle de la région du Kef (Tunisie) et les points de rencontre culturels qui peuvent se manifester au travers de l’iconographie néopunique. Puis, nous avons pu écouter une conférence de Yamen Sghaïer (Institut National du Patrimoine Tunis) [→] qui a établi une comparaison et interrogé les distinctions perceptibles du goût culturel punique par le prisme de la céramique autour de deux régions tunisiennes, le Sahel et le cap Bon. Enfin, la session s’est conclue par une conférence de Francisco Machuca Prieto  (Universidad de Málaga) [→] sur la transmission d’un goût culturel et ses manifestations dans les communautés d’origine phénicienne de la Turdétanie moderne. Cette communication a permis de conclure ces journées en proposant une ouverture sur la réception du coup culturel aux périodes suivantes, mais aussi de poser les jalons des futures rencontres : AGEMO IV, prévu à Toulouse en février 2022.

Merci à tous les participants présents et virtuels pour leurs contributions très riches. Merci également à nos présidents de séance, Pierre Rouillard, Alfredo Mederos Martin et Glwadys Bernard pour les débats initiés et menés. Merci au public virtuel nombreux et présentiel de nous avoir accompagnés dans nos réflexions sur le goût. Comme pour AGEMO II, nous étions ravis d’avoir pu compter sur trois doctorants sélectionnés à l’issue de l’atelier doctoral de Tunis : Jeremy Artru, Sonia Hafiane Nouri et Maroua Yahyaoui. Enfin, nous aimerions remercier tout le personnel de la Casa de Velázquez qui a tout mis en œuvre pour que ces rencontres semi-virtuelles se déroulent sans aucun accroc.


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search