AGEMO III – Argumentaire

AGEMO III

La construction du goût culturel dans les sociétés phénicienne et punique

Madrid

Casa de Velázquez

4 et 5 mai 2021

Coordination
Marie DE JONGHE (UMR 7041, ArScan, Nanterre), Mohamed TAHAR (Université de Tunis), Bruno D’ANDREA (École française de Rome).

Organisation
Casa de Velázquez (EHEHI Madrid), École française de Rome, Laboratoire de Recherche Histoires des Économies et des Sociétés Méditerranéennes (Université de Tunis)

 Collaboration

Scuola Archeologica Italiana di Cartagine (Sassari / Tunis), EA 4601 (PLH-ERASME, Université Toulouse – Jean Jaurès), ERC MAP – Mapping Ancient Polytheism.

 

Résumé du projet

Cette rencontre scientifique s’inscrit dans le programme de recherche et formation AGEMO –Archéologie et histoire du goût dans les sociétés phénicienne et punique. Ce programme, développé entre l’Université de Tunis (Laboratoire de Recherche HESM), la Casa de Velázquez et l’École française de Rome, a pour objectif d’aborder, en comparant et croisant différents types de sources (archéologiques, épigraphiques, iconographiques, littéraires, etc.), la question du goût dans les sociétés phénicienne et punique en Méditerranée occidentale. Pour cela, nous nous interrogerons sur la construction du goût, en nous limitant à trois aspects majeurs qui sont l’esthétique, le style de vie et les habitudes alimentaires.

Voir la présentation et les axes du projet pour plus de détail.

 

Présentation de la rencontre

Dans ces travaux sur la sociologie de la culture, P. Bourdieu défend le modèle d’une « homologie structurelle » dans la fabrique du goût culturel, qui établit une correspondance entre la production des biens et la production des goûts[1]. Cette production passe nécessairement par des intermédiaires qui sont producteurs et/ou consommateurs, mais doit aussi se comprendre par le biais de leur position au sein d’un espace social. Cette position est définie selon P. Bourdieu par la possession variable de deux types de capitaux : culturels et économiques. Ce sont ces variables et la manière dont elles s’affirment qui conditionnent la détermination des pratiques et des goûts culturels qui sont donc déterminés et organisés entre eux par notre position dans la société.

Par ailleurs, le goût ne se limite pas à l’art et aux objets d’art, mais intervient également dans le « mode de vie »[2] en tant que l’affirmation d’une culture comme reposant essentiellement sur une collectivité et des valeurs[3].

Le contexte de l’étude de P. Bourdieu est celui d’une culture de masse qui peut difficilement s’appliquer à l’Antiquité, et qui plus est à la période préromaine. Il faut donc envisager ici un trait supplémentaire dans la construction d’un goût culturel, qui se fait aussi en fonction de l’autre, et pas uniquement l’autre en tant qu’individu, mais l’autre cercle social, l’autre peuple, ou l’autre culture. C’est-à-dire qu’en tant que phénomène socioculturel, le goût peut également se construire par confrontation, en réaction vis-à-vis d’un autre groupe ou de l’époque précédente.

Une grande partie du discours sur l’Autre concerne ses « goûts » et permet de construire, face à lui, sa propre identité : étudier la question du goût signifie donc s’interroger de façon critique d’une part sur la/les identité(s) et l’appartenance socioculturelle et d’autre part sur les convergences, les contacts, les interactions et les transferts culturels[4]. Mais aussi comment « l’autre » peut-il adapter une production pour qu’elle corresponde davantage à un goût qui n’est pas le sien, mais qui est, par exemple, celui du destinataire commercial. Selon Lizé et Roueff, la fabrique des goûts se situe aussi à l’échelle des situations de réception, « véritables lieux de composition des différentes forces en jeu »[5]. Étudier la construction du goût implique donc de faire varier les échelles d’observation et les méthodes afin de prendre en considération non seulement les différentes dimensions du goût, mais aussi leurs points de rencontre.

Cette recherche sur le goût pose la question de la plasticité et de perméabilité du style de vie – et donc des récits ou de la culture matérielle qui l’accompagne –, mais s’interroge également sur la possibilité que la caractérisation d’un goût puisse permettre d’en identifier les aires d’influences. En effet, une réflexion sur le goût en tant que style de vie amène assez naturellement à se questionner  sur la norme que celui-ci peut avoir, acquérir, mais également soumettre dans les différentes strates de la culture étudiée. Les raisonnements autour de la production et de la diffusion de la culture matérielle, et particulièrement l’influence qu’a pu avoir le goût sur l’ensemble de ces phénomènes, permettent également de proposer par le prisme du goût une étude économique et socioculturelle des sociétés dans une partie de l’aire méditerranéenne occidentale.

La relation étroite entre le goût et la culture se déploie dans les interrogations liées aux influences et aux tendances, sur les éléments partagés ou au contraire, générateurs de distinction et de hiérarchisation, qui structurent et animent les sociétés phénicienne et punique. Travailler sur le goût c’est également réfléchir à la question de la norme et de l’identité.

Ces journées d’étude tenteront ainsi d’examiner la question de la valeur qu’on attribue aux manifestations du goût selon les couches sociales et dans le cadre de stratégies de distinction qui permettent à la fois de se différencier des autres tout en marquant une adhésion à un groupe dans le contexte des sociétés phéniciennes et puniques de Méditerranée occidentale :

1/ Un goût commun

  • La construction du goût comme esthétique ou comme style de vie
  • Le rôle du goût dans la caractérisation d’une identité ou d’une appartenance socioculturelle

2/ Un goût en confrontation

  • Le goût comme médium d’une stratégie de distinction
    • En tant de mode de différenciation sociale
    • En réaction aux autres cultures : interactions culturelles, influences étrangères, réseaux d’échanges
  • La transmission du goût : continuité et/ou réaction face au goût d’une période antérieure

 


[1]          Bourdieu, Pierre (1979), La distinction : critique sociale du jugement. Le Sens commun, Paris, Éditions de Minuit.

[2]           Soit les objets de consommation, mais également les comportements, conduites et actions (Koch, Erec R. (2013), « La pratique du goût : de Pierre Bourdieu à Antoine de Courtin », Dix-septième siècle n° 258 (1) p. 45‑54).

[3]          Lojkine, Stéphane (2015), « ‪Le goût de Diderot : une expérience du seuil‪ », Recherches sur Diderot et sur l’Encyclopédie n° 50 (1) p. 45‑59.

[4]          Garbati, Giuseppe, Pedrazzi, Tatiana, éd. (2015), Transformations and crisis in the Mediterranean : identity and interculturality in the Levant and Phoenician West during the 12th-8th centuries BCE : proceedings of the International Conference held in Rome, CNR, May 8-9 2013. Rivista di studi fenici. Supplemento, Pise.

Garbati, Giuseppe, Pedrazzi, Tatiana (2016), Transformations and Crisis in the Mediterranean : « Identity » and Interculturality in the Levant and Phoenician West during the 8th-5th Centuries BCE, Rome.

Crawley Quinn, Josephine (2018), In search of the Phoenicians, Princeton, Princeton University Press.

[5]          Lizé, Wenceslas, Roueff, Olivier (2010), « La fabrique des goûts », Actes de la recherche en sciences sociales n° 181-182 (1) p. 4‑11.


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search