AGEMO II – Compte-rendu de la rencontre

Par Bruno d’Andrea, Marie De Jonghe et Mohamed Tahar

Les 21 et 22 septembre 2020, s’est tenue à Rome la deuxième rencontre scientifique du programme AGEMO. Cette rencontre, qui a suivi l’école doctorale tenue à Tunis en novembre 2019, a été organisée par les trois coordinateurs du projet, Bruno D’Andrea, Marie De Jonghe et Mohamed Tahar, avec le soutien de tous les partenaires du programme, à commencer par l’École française de Rome qui a accueilli chaleureusement la rencontre dans ses locaux de Place Navone. Les contraintes dues à l’épidémie en cours nous ont obligés à utiliser une formule mixte, moitié en présentiel et moitié en visioconférence ; cette formule s’est révélée très efficace et dynamique, permettant des débats ouverts, riches et intéressants et la participation de plus de 50 collègues connectés depuis plusieurs pays d’Europe et du Maghreb.

La rencontre était dédiée aux goûts et aux habitudes alimentaires dans les sociétés phénicienne et punique. Cette thématique constitue l’un des trois axes principaux autour desquels se structure le projet AGEMO. Au-delà d’une réflexion esthétique pure, le goût est aussi et avant tout un des cinq sens, qui interroge sur le choix entre ce qui est consommable, et ce qui ne l’est pas. Ces questions, d’ordre sensoriel, amenées par l’histoire et l’archéologie de la consommation concernent non seulement la pratique alimentaire, mais également les usages culturels et matériels qui lui sont liés. Les thématiques suivantes ont été examinées dans les trois sessions du colloque :

(1) les aliments et les choix des plantes cultivées et des animaux élevés ;
(2) les pratiques de consommation et de préparation dans leur matérialité ;
(3) les pratiques alimentaires dans un cadre rituel, en analysant spécialement les pratiques sacrificielles et les banquets rituels.

Ces thématiques ont été analysées en croisant différents types de sources – non seulement archéologiques, mais aussi épigraphiques, iconographiques et littéraires, sans oublier les apports fondamentaux des études archéozoologiques et botaniques et des analyses physiques et chimiques – et dans une démarche comparatiste.

Pour l’ouverture de cette rencontre, nous avons eu la chance d’avoir parmi nous la directrice de l’École française de Rome, Brigitte Marin, et la directrice des études de la Casa de Velázquez, Gwladys Bernard, qui ont mis en exergue les collaborations développées au sein du programme AGEMO. Après une introduction au programme AGEMO par les trois coordinateurs du programme, deux conférences inaugurales ont donné un cadre aux participants, mais aussi des repères et des pistes à suivre par la suite. La première conférence, de Carlos Gómez Bellard (Universitat de València) [→], a porté sur les choix et les habitudes alimentaires phénico-puniques et sur leur spécificité par rapport aux autres groupes culturels de la Méditerranée. La deuxième conférence inaugurale, donnée par Arianna Esposito (Université de Bourgogne, Dijon) [→], était intitulée « La céramique, une affaire de goût. Mobilités, transferts technologiques et consommation du vin ». Dans l’esprit résolument comparatiste du programme AGEMO, cette conférence nous a offert un panorama des relations interculturelles qui caractérisent la Méditerranée « connectée » du Ier millénaire av. J.-C. et qui jouent nécessairement un rôle très important dans les goûts alimentaires des communautés phénico-puniques.

La première session intitulée « Les habitudes et les choix alimentaires » s’est ouverte avec une conférence de Silvia Valenzuela Lamas et Ariadna Nieto (CSIC, Barcelona)[→], qui nous ont proposé un panorama étendu des assemblages fauniques et de l’alimentation carnée dans les établissements phéniciens et puniques de la Méditerranée occidentale, abordant également le débat sur la non-consommation de porcs par les Phéniciens. Puis, Antonio Sáez Romero (Universidad de Sevilla)[→] a présenté une contribution très riche et stimulante sur la production, la préparation et la consommation d’aliments dans la baie de Cadix au cours du Ier millénaire av. J.-C. La communication suivante, de Massimo Botto (ISPC-CNR, Roma)[→], a porté sur les pratiques alimentaires de la Sardaigne phénicienne et punique en partant du cas d’étude de Pani Loriga. Ensuite, Leonardo Bison (University of Bristol)[→] nous a présenté les méthodes et les résultats de ses recherches sur l’analyse des résidus organiques sur des céramiques phénico-puniques de Sardaigne, proposant des conclusions très intéressantes sur la consommation du poisson, des viandes et des laitages. Enfin, cette session s’est clôturée avec la présentation de Maya Gharbi (Université de Sousse)[→], qui a examiné la question relative à la consommation du vin dans les armées carthaginoises en analysant plusieurs témoignages des sources classiques et en plaçant ce phénomène dans son contexte méditerranéen.

La seconde session, qui avait pour thème « Matérialité et pratiques de consommation », a été présidée par Michel Gras (Accademia dei Lincei). Cette session a été inaugurée par une conférence de Francesca Spatafora (Parco Archeologico di Himera, Solunto e Iato)[→] sur la conservation, la préparation et la consommation des aliments en Sicile parmi les populations grecques, indigènes et phénico-puniques de l’île. Cette conférence a fait le lien entre les choix alimentaires, qui faisaient l’objet de la première session, et la matérialité des pratiques de consommation, faisant l’objet de la seconde. L’intervention suivante, de Federico Cappella (Sapienza Università di Roma)[→], a porté sur les usages alimentaires, fonctionnels et « sociaux » de la céramique Red Slip et sur la circulation de cette vaisselle du Levant à la Méditerranée occidentale phéniciens dans les siècles IXe-VIIe av. J.-C. Puis Sara Giardino (Deutsches Archäologisches Institut, Madrid)[→] nous a offert une contribution sur la préparation et la consumation d’aliments dans les lieux de culte phénico-puniques – notamment ceux de Kition, Mogador, Motyé et Tas Silġ – croisant les évidences archéologiques, les résultats des analyses des résidus organiques sur les céramiques et les données archéozoologiques et botaniques. Enfin, Lilia Khelifi (Université de Tunis)[→] a présenté une étude détaillée de l’architecture, des rites, des pratiques ainsi que du mobilier funéraire livré par la nécropole de Cap Zebib (Tunisie) (IVe-IIIe s. av. J.-C.), proposant ainsi quelques réflexions sur la représentation funéraire et le goût des habitants de cette localité.

La troisième session, consacrée au thème « Pratiques alimentaires, sacrifices et banquets » a été l’occasion d’écouter Maria Giulia Amadasi Guzzo (Sapienza Università di Roma)[→] pour une conférence qui a offert un panorama large des évidences épigraphiques sur la consommation de viande dans des occasions rituelles, analysant une documentation allant des inscriptions « royales » levantines des premiers siècles du Ier millénaire av. J.-C. jusqu’aux tarifs carthaginois des IVe-IIIe siècles av. J.-C. et aux bilingues latines-néopuniques de l’époque impériale romaine. Puis, dans la continuité avec la conférence de Mme Amadasi Guzzo, Bruno D’Andrea (École française de Rome)[→] a examiné, à travers l’analyse des sources archéologiques, archéozoologiques, épigraphiques et iconographiques, le rôle des cervidés dans le bestiaire et dans les pratiques alimentaires et religieuses du monde phénico-punique. Cette étude a été l’occasion pour proposer une analyse critique de la notion de sacrifice et de la dichotomie entre sauvage et domestique. Dans la communication suivante, Fabiola Zielli (Sapienza Università di Roma)[→] a présenté son travail de doctorat sur la céramique phénico-punique du tophet de Mozia, en s’interrogeant sur la céramique de préparation et sur ses usages possibles dans le cadre des banquets rituels accomplis dans ces sanctuaires. Enfin Meriem Sebaï (Sorbonne Université, Paris)[→] a présenté une étude très stimulante sur les végétaux représentés sur les stèles votives d’Afrique du Nord des époques punique tardive et romaine, en critiquant ainsi le partage entre sacrifices d’animaux et « offrandes » végétales encore très présentes dans les études sur les religions anciennes.

Nous remercions chaleureusement tous les participants présents et virtuels pour leurs contributions très riches ; Michel Gras et Massimo Botto qui ont densément animé toute cette rencontre de nombreux débats très enrichissants. Nous remercions également le public, virtuel d’abord qui nous a accompagné au cours de ces deux jours, et le public présent pour leur venue et leur participation au rythme des gestes barrières. Enfin nous étions ravis d’accueillir dans le cadre de cette deuxième rencontre trois des doctorants qui avaient participé à l’école doctorale de Tunis et qui ont été sélectionné pour cette rencontre : Leonardo Bison, Federico Capella et Fabiola Zielli.


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search