AGEMO I – Compte-rendu de la rencontre

 

Par Mohamed Tahar, Bruno d’Andrea et Marie De Jonghe

 

      Du 18 au 21 novembre 2019, s’est tenue à Tunis, une école thématique, première rencontre du programme AGEMO, consacrée à la question du goût dans les sociétés phéniciennes et puniques de Méditerranée occidentale. Elle a été organisée par Mohamed Tahar, Bruno d’Andrea et Marie De Jonghe avec le soutien de tous les partenaires du programme, à commencer par l’Université de Tunis et le laboratoire HSEM qui ont accueilli chaleureusement cette rencontre dans leurs locaux. Cette école thématique a rassemblé cinq mentors et quatorze participants, tous venus de lieux différents (Tunisie, Algérie, Italie, Espagne, France) et travaillant sur des disciplines différentes (Archéologie, Histoire, Céramologie, Épigraphie, Numismatique, etc.) afin de mettre au cœur de cette première rencontre, l’interdisciplinarité de cette réflexion sur le goût.

L’enjeu de cette première action du programme, était d’alterner les conférences plénières des mentors avec la présentation des travaux des doctorants, autour de quatre sessions axées sur deux points précis qui sont au centre des problématiques du programme de recherche AGEMO : le goût est avant tout l’affirmation d’une culture commune reposant essentiellement sur une collectivité et des valeurs. Étudier la question du goût signifie donc s’interroger de façon critique d’une part sur la/les identité(s) et l’appartenance socioculturelle et d’autre part sur les convergences, les contacts, les interactions et les transferts culturels. Ici, donc, en portant une réflexion sur la question du goût dans les sociétés phénicienne et punique, il s’agissait de nous interroger sur : les goûts et les habitudes alimentaires, et le goût comme construction culturelle. Ces deux aspects correspondant aux deux premiers axes du programme AGEMO.

     Pour l’ouverture de cette école thématique, nous avons eu la chance de compter sur la présence et l’investissement, tout d’abord du Président de l’Université de Tunis, M. Habib Sidhom, Professeur de physique mécanique, qui nous a fait l’honneur non seulement de sa présence, mais surtout d’une vraie réflexion sur le thème du goût dans le texte introductif qu’il nous a livré, et qui balançait, entre la pomme de la tradition biblique et des échos aux réflexions de Paul Veyne. Sont également venus pour l’ouverture de l’école thématique Mme Nouha Chaouch, directrice de l’école doctorale, et Laurent Callegarin, directeur des études de la Casa de Velázquez, qui représentait également Nicolas Laubry, directeur des études à l’École française de Rome.

Cette première rencontre AGEMO I était résolument tournée sur l’actualité de la recherche, premièrement par les sujets de thèse et/ou de recherche que sont venus présenter les doctorants, qui constituent à eux seuls le présent et le futur de la recherche sur les études phéniciennes et puniques. Deuxièmement parce que les mentors ont, eux aussi, présentés des travaux récents, parfois inédits, qu’il s’agisse de résultats de fouille, ou bien d’études en cours. L’ensemble a permis de construire cette école thématique autour d’une vraie réflexion méthodologique qui s’est déroulée au fur et à mesure des sessions.

AGEMO I – Photo de groupe
Merci à Lilia Khelifi et Solenn de Larminat pour la photographie

(Sur une initiative de Sabrina Hamani)

 

     ◊     La première session intitulée « Matérialités et pratiques de consommation » s’est ouverte avec une conférence de José Luis López Castro [→]. Après un panorama étendu du contexte protohistorique en péninsule Ibérique, avant l’arrivée des Phéniciens, J.L. López Castro s’est attelé à présenter l’évolution dans la consommation (carnée et végétale) à partir du IXe siècle avant notre ère, en mettant particulièrement en exergue les résultats des analyses réalisées sur le matériel archéozoologique et carpologique d’un puits archaïque à Utique dans lequel la mission tuniso-espagnole a retrouvé les restes d’un banquet, et dont les résultats on fait l’objet d’une publication récente[1].

Les présentations des travaux des doctorants ont débutés avec Saadia Benberkane [→] qui a traité de la chasse et de la préparation des aliments carnés en fonction des goûts humains dans les sociétés phéniciennes et puniques.

Puis Sabrina Hamani [→] est sortie de son thème de recherche habituel, pour traiter de l’origine de la pratique de la salaison de poisson et des traditions culinaires qui en découlent, en regardant plus précisément vers le Proche-Orient.

Enfin, cette session s’est clôturée avec la présentation très enlevée de Zahia Amara [→] dans laquelle elle nous a conviés à un grand banquet sacrificiel païen tel que le décrivait Arnobe de Sicca.

 

     La seconde intervention de cette session faisait le lien entre les pratiques de consommation et les matérialités abordées la veille, et la session suivante qui portait sur les notions d’identités et les stratégies de distinction. La conférence de Yamen Sghaïer [→] prenait comme point de départ une publication récente sur la nécropole punique de Lepti Minus (Lamta), ville du Sahel tunisien[2]. Ici, l’accent était mis sur la poterie modelée, et plus précisément, dans quelle mesure sa présence en grand nombre dans les sépultures puniques de Leptis peut être considérée comme un goût ou un marqueur d’identité, voire une revendication identitaire que souhaite promouvoir la population, comme référence visible d’un attachement à une tradition libyque.

En ce qui concerne les travaux des doctorants, Fabiola Zielli [→] a présenté son travail de thèse sur la céramique du tophet de Motyé, et qui interroge notamment sur les enseignements de la céramique sur les pratiques réalisées à l’intérieur du tophet lorsque l’on se détache des stèles et des urnes.

Puis, Leonardo Bison [→] nous a présenté le résultat de ces recherches sur l’analyse des résidus organiques dans des céramiques puniques de Sardaigne, et les conclusions particulièrement intéressantes sur, entre autres, la consommation du poisson, des laitages et de la cire d’abeille.

Enfin Nina Ferrante [→] a présenté une recherche tout juste commencée sur la production textile dans le contexte phénico-punique de Méditerranée occidentale, les écueils méthodologiques, mais aussi l’importance de la mise en contexte archéologique de ce type d’artisanat, avec l’exemple de Motyé.

 

     ◊     La seconde session, qui avait pour thème « Identités et stratégies de distinction » a été inaugurée par une conférence de Lilia Khelifi [→] qui a présenté un travail sur les objets en os et en ivoire de Carthage, sujet d’une publication récente[3]. Dans cette étude, Lilia Khelifi s’est interrogée non seulement sur l’origine du répertoire figuratif, mais elle y a proposé également une réflexion sur l’identification d’un art proprement carthaginois, ouvert aux influences externes, et qui participe d’une interrogation plus générale sur l’identité des commanditaires de ces œuvres, et leur symbolique en fonction des contextes dans lesquels ils ont été retrouvés.

Les présentations des travaux des doctorants ont débutés pour cette session avec Manel Ben Mansour [→], qui nous a clairement démontré que « l’habit ne fait pas le moine », en revenant sur les notions de référent identitaire et les codes vestimentaires canoniques (normatifs) ou considérés comme tels par les auteurs classiques pour qualifier les goûts des ennemis barbares.

Puis Fatma Touj [→] nous a présenté les premiers résultats d’une recherche doctorale en anthropologie physique, axée pour l’occasion sur une comparaison des différentes pratiques funéraires observées dans trois nécropoles puniques : Cap Zebib, El Mansourah et El Hkayma.

Lamia Fersi [→], dans sa communication sur les oenochoés puniques de Kerkouane, a centré son argumentation plus précisément sur le décor avec des yeux que l’on pourrait qualifier de caractéristique de la ville punique de Kerkouane, ou du moins, de ses nécropoles.

Enfin, Sonia Hafiane Nouri [→] s’est, à l’occasion de cette rencontre, attelée à répondre à la question suivante : serait-il possible de déceler à travers l’examen de stèles mentionnant des suffètes un goût spécifique d’une élite, ou ce que l’on pourrait aussi appeler un goût dominant ?

 

      ◊     La troisième session, consacrée au thème « Échanger et/ou transmettre »  a été l’occasion d’écouter Michele Guirguis [→] pour une conférence qui a retracé dans un panorama large la Sardaigne depuis l’arrivée des Phéniciens, les relations entre les peuples (Phéniciens et populations locales), et les « rencontres » des différentes traditions et signes perceptibles de cohabitation notamment, dans les objets à usage domestique. Michele Guirguis s’était déjà prêté à l’exercice dans son livre Tyrio fundata potenti[4], mais à l’occasion de cette présentation, il nous a également présenté les résultats d’une recherche récente en Sardaigne et notamment sur le site de Villasimus.

Les présentations des doctorants ont débuté avec Federico Capella [→], et son travail de recherche sur la céramique à engobe rouge. Il a proposé une réflexion sur le goût pour cette céramique qui est directement corrélée à l’expansion phénicienne, comme en témoignent les nombreux contextes de découvertes.

Puis, Jérémy Artru [→] s’est penché sur la question du goût punique par le prisme de la documentation numismatique, et notamment sur la pertinence de ce type de documentation pour ce thème de recherche dans la mesure où elle est directement liée à l’autorité émettrice. Le constat qu’il fait est celui d’une surreprésentation de l’influence grecque dans l’iconographie, sans pour autant que celle-ci soit déconnectée d’une esthétique punique.

Faouzi Abidi [→] nous a présenté son travail de thèse en cours sur le matériel issu du tophet de Sousse, et ici plus particulièrement sur l’iconographie des stèles votives dont il a souligné la diversité, avec notamment la présence de stèles peintes relativement rares.

Enfin, Maroua Yahyaoui [→] nous a présenté ses observations sur une stèle néopunique de la région du Kef, et son iconographie riche qui propose un mélange entre un style romain et un style punique.

 

     ◊     Enfin, la dernière session de cette école thématique a été l’occasion d’ « Interroger les limites méthodologiques » des concepts et des sources dans les approches mises en avant autour de ce thème du goût. Hédi Dridi [→] s’est, pour l’occasion, fait l’avocat du diable en questionnant les approches archéologiques et historiques autour de la notion d’identité. Dans un premier temps, il a lui-même tenté l’expérience d’une réflexion sur le goût, par le prisme de la diffusion des sarcophages en marbre, et notamment les sarcophages anthropomorphes[5]. Puis il a dénoncer l’usage sensationnaliste (voir nationaliste) qui risque d’être fait d’une recherche scientifique sur l’identité, notamment dans les revues de vulgarisation. Pour cela, il a notamment mis en avant les travaux de Francesco Remotti, qui qualifiait déjà dans les années 90 la recherche identitaire « d’obsession », et qui doit nous interroger à notre tour sur ce sujet de recherche lui même, et la prudence avec laquelle il doit être abordé.

L’ensemble des communications proposées sur ces trois jours ont mis en valeur l’aspect pluridisciplinaire de cette réflexion sur le goût, et les approches comparatistes dont cette première rencontre rend bien compte. Ces journées se sont nourries d’échanges particulièrement riches, qui se sont poursuivis au cours de la visite du site d’Utique prévue pour la dernière matinée.

La visite a été commentée par L. Khelifi et J.L. López Castro, ce qui nous a permis à tous d’apprécier sur le terrain les résultats de fouille présentés par J.L. López Castro au cours de sa conférence.

Nous remercions les mentors d’avoir accepté de jouer le jeu méthodologique de cette rencontre et de tous les conseils qu’ils ont pu prodiguer aux doctorants ; nous remercions les doctorants d’être venus participer et de nous avoir présentés leurs projets ; et nous remercions aussi tous les partenaires du projet qui ont rendu cette première rencontre possible, et particulièrement l’université de Tunis de l’avoir accueilli en ses murs.

AGEMO I – Visite à Utique (photo Marie De Jonghe)

 


[1] Cardoso João Luís, López Castro José Luis, Ferjaoui Ahmed, Mederos Martín Alfredo, Hahnmüller Víctor Martínez, Ben Jerbania Imed (2016), « What the People of Utica (Tunisia) Ate at a Banquet in the 9th Century BCE. Zooarchaeology of a North African Early Phoenician Settlement », Journal of Archaeological Science: Reports 8 (août) p. 314‑322. DOI : https://doi.org/10.1016/j.jasrep.2016.06.019.
Toute la bibliographie des conférences est disponible sur le groupe Zotero du programme à ce lien.

[2] Ben Younes Habib, Sghaïer Yamen (2018), Lepti Minus (Lamta): une expression de la culture libyphénicienne : les nécropoles puniques, la céramique, Tunis, Tunisie, Institut National du Patrimoine.

[3] Khelifi Lilia (2017), Les ivoires à Carthage à l’époque phénico-punique. Université de Tunis, Faculté des sciences humaines et Sociales, Laboratoire Histoires des économies et des Sociétés méditerranéennes, Tunis, Latrach éditions.

[4] Guirguis Michele (2012), Tyrio fundata potenti: temi sardi di archeologia fenicio-punica, Sassari, EDES.

[5] Dridi, Hédi (2009), « Les  sources  d’approvisionnement  en  marbre  de  la  Carthage  punique  :  le  cas  des  sarcophages » Ph. Jockey (éd.), dans LEUKOS LITHOS. Marbres et autres roches de la Méditerranée antique :  études interdisciplinaires, Actes du VIIIe Colloque international de l’Association for the Study  of Marble and Other Stones used in Antiquity, Aix‐en‐Provence, 12‐18 juin 2006 (=  ASMOSIA  VIII), Paris, Maisonneuve  &  Larose  ‐ Maison  méditerranéenne des sciences de l’homme, p. 465‐474,  pl.  II; 15‐II.16.


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search