AGEMO I – Résumés des communications

 

 

 – Sommaire –
Cliquez sur le titre de la communication pour un accès rapide au résumé

Résumés des conférences

Résumés des présentations des doctorants 

 

 


 

Résumés des conférences –

 

Dridi Hédi, Université de Neuchâtel.
Des goûts et des couleurs (et des identités), il faut bien se quereller !

Depuis quelques décennies, la littérature archéologique manie une floraison de concepts (agentivité, hybridité, connectivité, etc.), empruntés aux études littéraires ou aux sciences sociales et prend une multitude de tournants (gender turn, postcolonial turn, relational turn, animal turn, etc.). Par ailleurs, les sujets d’actualité (mobilité, migrations, climat) exercent indéniablement une influence sur l’orientation des recherches. Enfin, les sciences exactes (sciences de la terre, sciences de la vie) occupent une place de plus en plus importante dans nos études. Cela répond au nécessaire renouvellement des approches et des méthodes et atteste la vitalité de notre discipline. Cependant, la transposition de certaines approches ou l’exploitation de certains résultats sans égard pour la qualité et/ou la rareté de nos sources, ni pour les méthodologies mises en œuvre peut parfois se révéler problématique. Il est certes audacieux de paraphraser Zarathoustra, mais il n’est pas inutile de porter de temps en temps un regard réflexif et critique sur notre pratique scientifique et académique, en particulier lorsqu’il s’agit de thèmes aussi délicats que le goût ou l’identité.

Mots clefs : Épistémologie ; Méthodologie ; Goût ; Identité.

 

Guirguis Michele, Università di Sassari.
La Méditerranée centrale entre Phéniciens, Sardes et Carthaginois du IXe jusqu’au VIe siècle av. J.-C. : évolutions, changements, transmissions et transformations culturelles.

Le but de ce séminaire est de réfléchir autour des relations entre la culture matérielle et la physionomie des contextes de provenance, et plus précisément aux relations entre les populations phéniciennes et les populations indigènes de la Méditerranée centre-occidentale. En ce qui concerne plus particulièrement l’Afrique du Nord et la Sardaigne, on se focalisera sur les cuisines dites « frontalières » afin de mettre en évidence, d’une part, les profondes transformations des coutumes et des traditions culinaires, et de l’autre l’introduction de nouvelles recettes issues des « rencontres » entre ces différentes traditions. Dans une dernière analyse, il s’agira de remettre en question la définition même du « goût » et son évolution dans le temps. Si dans l’environnement domestique, par rapport aux contextes phéniciens de la Méditerranée des IXe-VIe siècles av. J.-C., ils existent des signes perceptibles de cohabitation avec des éléments indigènes, il est également vrai que l’ensemble des objets à usage domestique et quotidien reflète l’intégration culturelle avec les Phéniciens, qui furent les responsables de l’introduction de nouvelles façons de préparer, cuisiner et consommer les aliments.

Mots clefs : Goût, Identités, Alimentation, Transformation, Transmission.

 

Khelifi Lilia, Université de Tunis.
Emprunts et adaptation des motifs ornementaux étrangers aux goûts et aux usages des Carthaginois.

Les objets en os et en ivoire de Carthage provenant de contextes funéraires ou votifs témoignent de la richesse, de la variété des formes et des thèmes iconographiques au cours de la période punique. L’étude stylistique de ces œuvres a révélé une imitation et une simplification des thèmes connus au Proche-Orient et chez d’autres civilisations de la Méditerranée. Nous constatons que les emprunts externes à côté de l’héritage local ont donné un art purement carthaginois ouvert aux différents courants artistiques.

Le répertoire figuratif va être exposé en rapport avec :
– Les modalités de circulation et de réception des objets dits de prestige notamment les ivoires.
– La symbolique de ces objets dans les différents contextes.
– Les croyances magico-religieuses et funéraires des Phénico-puniques.
– L’identité des commanditaires de ces œuvres en os ou en ivoire.

Mots clefs : Ivoire, Identité, Magico-religieux, Funéraire, Art punique.

 

López Castro José Luis, Universidad de Almería.
Territoire colonial, production alimentaire et identités. Phéniciens et autochtones dans la péninsule Ibérique et l’Afrique du Nord.

 

Sghaïer Yamen, Institut National du Patrimoine de Tunis.
La poterie modelée punique dans le contexte funéraire de Lepti Minus : un goût ? une pratique ? un marqueur identitaire ?

La poterie modelée punique a longtemps été marginalisée dans une historiographie liée à l’archéologie de l’objet. Ce comportement classique a été consolidé par l’absence d’une valeur chronologique, artistique et économique de cette poterie. Les formes modelées représentent un produit à l’évolution lente (techniquement et morphologiquement) et un répertoire assez fermé.

À Lepti Minus (Monastir – Tunisie), les fouilles de quatre nécropoles puniques ont permis la récupération de 380 vases dont 131 modelés. La répartition de cette collection sur onze formes principales démontre la résistance de cette poterie face à la généralisation de la céramique tournée. L’importance de cette poterie locale en nombre, répond à un goût commun dans cette cité attachée à un passé et un héritage culturel imposant remontant probablement à la période préphénicienne. La fréquence de cette poterie traduit une revendication identitaire distinguant la cité de Lepti Minus des autres villes puniques au Sahel tunisien.  

Mots clefs : Poterie modelée ; Sahel ; Lepti Minus ; Punique ; Identité.

 

 


 

 

Résumés des présentations des doctorants –

 

Abidi Faouzi , Université de La Manouba.
Iconographie des stèles votives de Sousse.

Depuis 1863, la découverte du sanctuaire à ciel ouvert de type dit « tophet » d’Hadrumetum, l’actuel Sousse, a encouragé des explorateurs à effectuer des tranchées en récupérant des données analogues à celles de P. Agostino da Reggio. À l’exception des travaux de A.-F. Leynaud en 1911, tous les autres auteurs des tranchées ouvertes dans différents endroits de ce lieu sacré n’ont pas laissé le moindre des mots sur leurs découvertes. Les trouvailles archéologiques recueillies ont été conservées avec d’autres dans deux musées, le premier celui de la municipalité et le deuxième celui du IVe Régiment des Tirailleurs à Sousse. Malheureusement, tous les deux ont été détruits par les bombardements aériens en décembre 1942 et janvier 1943. Ces destructions ont donné l’occasion à d’autres projets archéologiques, comme les fouilles de P. Cintas en 1947, qui ont été exécutées d’une manière systématique et méthodique à l’époque. Les résultats de ces fouilles constituent notre référence primordiale pour étudier et analyser les données recueillies dans cette aire sacrée. Par conséquent, la documentation pour l’objet de notre recherche n’est qu’une partie du sanctuaire. C’est une tentative pour étudier, analyser et documenter les données qui ont subsisté à la disparation. Les données qui sont à notre disposition sont dispersées entre les musées de Tunisie et aussi dans d’autres musées en Europe comme le Louvre à Paris et l’Ermitage à Saint Petersburg. La majorité des objets est conservée aujourd’hui dans les apothèques du musée de Sousse.
Dû à ce fait et à la lumière des nouvelles données et des renseignements qu’on peut les retirer des études sur la culture Phénico-punique, une révision stratigraphique du tophet de Sousse s’impose en se basant essentiellement sur les rapports de fouilles . C’est à travers une lecture minutieuse de cette documentation de base qu’il était possible de préciser les six niveaux d’occupation superposée dont le plus ancien semble remonter à la seconde moitié du VIIe siècle av. J.-C. ; l’unité stratigraphique la plus récente, contemporaine de l’abandon, est attribuée à la deuxième moitié du Ier siècle apr. J.-C. Une fourchette chronologique très longue couvre plus que huit siècles d’occupation continue du tophet pendant lesquels l’aire sacrée avait connu une évolution cultuelle et des changements remarquables sur les formes des urnes et leur contenu incinéré, des brûle-parfums et/ou les thymiateria, les lapidaires et leur iconographie et bien d’autres objets d’usage rituel et/ou votif. Un phénomène reflète d’une part, le dynamise socioculturel et religieux et d’autre part un processus d’acculturation qui affectait la société d’Hadrumète.
Les données archéologiques concernant le tophet de Sousse demeurent une documentation primordiale pour l’étude de la religion et les cérémonies liées à cette aire sacrée. Le tophet et/ou bien le QDSH d’Hadrumetum offre un registre iconographique riche et varié reflète d’une coté la mentalité des donateurs et l’idéologie religieuse qui se manifeste entre le goût artistique et les besoins cultuels. Bien que nos connaissances soient lacunaires sur les secrets de ce temenos, il est évident que l’analyse de l’iconographie peut être un riche champ d’informations. L’étude iconographique nécessite beaucoup de prudence, afin de relever des informations concernant les rites pratiqués, la nature des autels et des naoi et/ou bien des chapelles du monde Phénico-punique.
L’iconographie des stèles du tophet de Sousse se distingue par la fréquence de quelques motifs comme le signe dit de Tanit, le signe dit de la bouteille et le bétyle. La présence de ces motifs sur la majorité des documents lapidaires de ce tophet n’est pas sans relever plusieurs interrogations : quelles sont les raisons de ce goût iconographique ? Quelles sont les spécificités de la disposition de ces motifs ? Peut-on identifier une évolution d’ordre chronologique dans la représentation de ces motifs ?

 

Amara Zahia, Université de Strasbourg et Université de Tunis.
La gourmandise serait-elle aussi un divin défaut ? Quand les hommes créent leurs dieux à leur image Arnobe de Sicca et la cuisine sacrificielle païenne.

Dans le livre VII de l’Adversus nationes, Arnobe de Sicca pose la question des sacrifices et des offrandes faits aux dieux. Il explique que loin de leur faire plaisir, les sacrifices sanglants constituent une abomination dont les dieux ne sauraient se rendre responsables. En effet, ni l’immolation des victimes, ni les offrandes d’encens et les libations du vin, mi même les banquets sacrificiels les plus opulents ne peuvent toucher les dieux. Pour mieux dénoncer la vanité du culte sacrificiel, notre polémiste de Sicca recourt à l’étiologie qui consiste à expliquer un phénomène ou une réalité par ses causes.
Arnobe prend soin de commencer par les causes dites efficientes du rite sacrificiel. La première à laquelle il est le plus naturel de penser est l’alimentation divine. Simple et spontanée, cette cause est appelée aussi immédiate. Calquée sur le modèle humain, elle explique l’immolation des victimes sacrificielles par le besoin qu’avaient les dieux à consommer leur chair. Il s’agit donc de substituer par analogie les dieux aux hommes, en faisant fi de l’éminence et de la transcendance divines.
Aux chapitres 24 et 25 du livre VII, Arnobe nous invite à découvrir la richesse du menu et la variété des mets préparés pour des dieux. Cuisinés de façon complexe et très élaborée, ces plats trop recherchés et ragoûtants nous laissent imaginer une ripaille joyeuse et opulente en dit long sur la nature du plaisir que les hommes cherchent à procurer à leurs dieux. Au chapitre 24, Arnobe nous invite aux banquets des dieux où tout rappelle l’ambiance festive et les orgies des mortels et n’hésite pas à nous donner les recettes des mets préparés pour les dieux. Il s’agit en effet, d’une variété de farces, boulettes et bouillis cuisinés à base d’entrailles des victimes, de morceaux de viande ainsi que des organes parfois répugnants prélevés sur l’animal comme : les testicules, la queue, l’enveloppe de la panse… Au menu des dieux figure aussi la farine de froment dans laquelle les païens roulaient la queue du bœuf ainsi que quatre sortes de céréales qu’ils appelaient salsamina .
Notre polémiste nous rapporte également des modes de cuisson variés tels que le bouilli et le rôti . En effet, les païens offraient à leurs dieux des bouillis de différentes saveurs. Ils leur font cuire des morceaux de viande ainsi que des entrailles qu’ils mettaient dans des broches et rôtissaient au charbon. De plus, ils s’évertuaient à leur préparer des gâteaux de différentes formes. Ces recettes, ces modes de cuisson variés ainsi que ce savoir culinaire nous renvoient directement à la cuisine des mortels. Après l’offrande primaire faite aux dieux, ces derniers sont conviés à un banquet fait d’offrandes secondaires et servis en séquence et à la portion même. Bien que rassasiés de la première offrande qui est assez consistante, les dieux se plaisent à déguster, par petites bouchées, des offrandes secondaires à base de mets variés comme étant des apéritifs destinés à stimuler leur appétit, à la manière des mortels bons vivants. Si certains semblent avoir des estomacs sensibles. D’autres sont pourvus d’estomacs coriaces. C’est aussi ce qui explique les viandes cuites à point offertes aux uns et les viandes crues, saignantes ou mi-cuites offertes aux autres . Non seulement ces dieux voraces semblent apprécier le plaisir de la bonne chère et se délectent de mets consistants et bien gras, mais ils consomment aussi du vin sans aucune modération. Et Arnobe de portraiturer la souche divine dans une joyeuse ripaille où le vin se mêle au plaisir de la table. Très prisé par les immortels aussi, le vin est recommandé pour la digestion surtout après un repas opulent. C’est aussi une boisson rafraîchissante qui apaise la soif, car tout comme les dieux peuvent se sentir affamés, ils peuvent, de la même manière, éprouver de la soif.
Arnobe nous donne donc à voir des dieux affamés qui attendent ces dons matériels des hommes pour subsister et d’en arguer pour prouver la mortalité de ces dieux qui ont besoin des mortels pour survivre et qui seraient exposés au danger de mort si le secours extérieur des hommes vient à leur manquer. Mais qu’est-ce qui prouve que ce qui plaît aux hommes plait aux dieux ? Clame Arnobe exaspéré. Si certains goûts, explique-t-il, charment les uns et les envoûtent, ils peuvent, en même temps, déplaire à d’autres puisque la perception gustative de chacun lui est propre.

 

Artru Jérémy, Université d’Orléans.
Le goût punique au prisme de la documentation numismatique (Ve-IIe s. av. n. è.).

La monnaie carthaginoise, dont les critères de production relèvent exclusivement de l’autorité émettrice, apparaît au premier abord peu propice à l’étude du goût au sein des sociétés Phénico-puniques. S’ils répondent avant tout à des impératifs politiques et économiques, les choix effectués par ces autorités émettrices – à Carthage même ou sur les théâtres d’opérations militaires – semblent toutefois révélateurs de goûts en matière de préférences esthétiques. C’est tout particulièrement le cas de l’iconographie monétaire.
Dans le contexte de l’hellénisation de la Méditerranée occidentale, les monnaies carthaginoises se révèlent être d’excellents marqueurs des transferts culturels qui s’opèrent alors entre Grecs et Puniques. Carthage s’approprie très tôt les thèmes et les styles iconographiques grecs, particulièrement visibles sur les tétradrachmes d’argent dits « siculo-puniques », frappés en Sicile au IVe et au début du IIIe siècle. Si elle peut laisser penser qu’une partie au moins des destinataires initiaux de cette production étaient des mercenaires habitués à être payés en monnaies grecques, cette appropriation témoigne plus largement de la diffusion de l’esthétique grecque dans le monde punique. L’ensemble de la production monétaire carthaginoise, y compris africaine et espagnole, en est en effet particulièrement empreinte. Il est néanmoins intéressant de constater que l’iconographie monétaire carthaginoise témoigne également des phénomènes d’hybridation propres à la culture Phénico-punique. Certains choix iconographiques et certains styles de représentation traduisent ainsi la multiplicité des influences culturelles à l’origine du goût punique. La prise en compte d’une période chronologique large, depuis les premières frappes carthaginoises de la fin du Ve siècle jusqu’à la destruction de Carthage en 146, permet en outre de mettre en évidence des évolutions notables au sein de l’iconographie monétaire. Certaines de ces évolutions, comme l’apparition de portraits de type hellénistique sur le monnayage barcide frappé en Espagne, ont déjà été très clairement mises en relation avec le contexte politique et militaire. D’autres paraissent plus subtiles, tels que les changements repérés dans la chevelure de l’effigie féminine figurant au droit des monnaies, qui pourraient relever d’une évolution des goûts en matière de coiffure.
Quoi qu’il en soit, et bien que la topologie soit généralement perçue comme le vecteur d’un message politique, la relation entre l’iconographie monétaire et le goût punique mérite d’être examinée. Afin de mesurer la représentativité de la monnaie en tant qu’indicateur des préférences esthétiques, on peut la mettre en relation avec d’autres types de sources iconographiques. Il en ressort une surreprésentation de l’influence grecque dans l’iconographie monétaire, mais aussi la confirmation que cette dernière n’est pour autant pas déconnectée de l’esthétique punique.

 

Ben Mansour Manel, Université de Tunis.
À leur façon de s’habiller ce sont des barbares. Les Carthaginois stigmatisés par leurs ennemis dans la tradition classique.

« Le corps permet, en effet, de penser l’individu», assurent F. Gherchanoc et V. Huet. Ainsi, rien de surprenant que les Satyres, qui étaient à la fois pétulants et poltrons, apparaissent pourvus de cornes, d’une chevelure hirsute, d’une queue de cheval et parfois de sabots. À cela s’ajoute leurs portraits camus, leurs barbes épaisses et leurs phallus le plus souvent en érection ce qui les distinguent d’autres figures dénudées à savoir celles des athlètes. On penche à croire que moins le corps physique qui sert à identifier l’individu que le corps comme signifiant social orné par une parure conformiste. Ainsi, on peut affirmer sans se tromper que l’habit fait, entre autres, l’identité.
Il semble que les anciens étaient conscients que le corps d’un individu et son apparence sont révélateurs de son identité. Ainsi, rien de surprenant que nos auteurs grecs et latins choisissent construire l’identité punique en jetant une vive lumière sur le goût vestimentaire des Carthaginois.
Les passages que je vais étudier s’étendent sur huit sources : Plaute, Tite-Live, Silius Italicus, Justin, Tertullien, Timée de Tauroménion, Polybe et Appien.
Pour la clarté de l’exposer, on tient à préciser que notre étude ne sera pas d’ordre descriptif. En effet, si on passe outre la vérification de l’authenticité des passages objets de notre étude, le corpus qu’on vient de déployer nous incite, entre autres, à s’arrêter sur les raisons qui expliquent l’engagement de nos auteurs anciens à décrire l’habit punique bien qu’une telle question est d’une importance minime.
Une lecture minutieuse du recueil objet de notre étude révèle l’engagement de nos auteurs anciens à décrire la tunique de trois groupes sociaux à savoir : la « tunique » du commun des Carthaginois, le costume des généraux en chef ainsi que celui des kohenim.
Après l’examen de nos sources, on conclu que les « tuniques » puniques étaient juste longues mais jamais traînantes, parfois pourvues de ceintures à l’image des robes égyptiennes et assyriennes, et leurs manches bien qu’achevées (certaines tuniques avaient des manches demi- longues) elles ne permettent pas aux Carthaginois de dissimuler leurs doigts comme prétendit Timée. Ainsi, on peut affirmer sans se tromper que Timée et Plaute ne nous transmirent qu’une « réalité » partielle et erronée. Il semble que seul le désir de distinguer la « tunique » punique de l’habit gréco- romain est à l’origine de cette altération de la réalité.
Plaute qui prétendit explicitement que les Carthaginois ne portèrent que des robes traînantes et dépourvues de ceinture, choisit être beaucoup plus prudent lorsqu’il souffla à son lectorat que ces Puniques négligèrent le port des manteaux. Ainsi, il réussit lucidement à distinguer le goût vestimentaire punique du goût romain qui exige le port d’une toga ou d’un pallium comme vêtement d’extérieur. On penche à croire que la distinction entre le goût vestimentaire punique et le goût gréco-romain n’est pas recherchée en soit. En effet, Timée et Plaute ne différencièrent la « tunique » punique de l’habit gréco-romain que pour l’atteinte d’un but ultime : stigmatiser les Carthaginois et les barbariser. Il semble que ce vif désir de ternir l’image des Carthaginois s’atténuât au cours des siècles qui suivent. Ainsi, rien de surprenant qu’un historien comme Justin s’engage, à l’encontre de ses prédécesseurs, à stigmatiser et à barbariser non pas le commun des Puniques, mais uniquement la caste des généraux que Malchus est le premier de ses affiliés.
À en croire Justin, Carthalon n’hésita pas à paraître aux yeux de ses malheureux concitoyens, couronné, portant des bandelettes et couvert en pourpre. Rien ne nous empêche d’admettre que Carthalon a osé paraître couvert d’une tunique ornée en pourpre et en bandelette surtout que les sources archéologiques révèlent l’accoutumance des Carthaginois à porter les couleurs chatoyantes et à s’habiller somptueusement. On penche à croire que cet engagement à mettre en exergue la somptueuse apparence liturgique de Carthalon ne vise pas introduire ce dernier en posture hautaine. En effet, en insistant que Carthalon partit à la rencontre de Malchus couvert en pourpre et orné de bandelettes liturgiques, Justin n’a que mis en exergue l’identité sacerdotale de cet interlocuteur. Ainsi, son meurtre ne pourrait plus être conçu comme un simple infanticide, et Malchus ne serait conséquemment introduit au lectorat qu’en posture d’un barbare libéré de tout scrupule religieux.
Justin/Trogue de Pompée n’est pas l’unique historien à avoir stigmatisé l’un des généraux carthaginois. Polybe, à son tour, ne s’attarda pas à condamner Hasdrubal le Boétharque vers la fin de ses Histoires. Dans le XXXVIIe livre de ses Histoires, il tint à introduire le général carthaginois Hasdrubal le Boétharque en posture d’un chef efféminé. On est enclin à admettre que l’effémination d’Hasdrubal n’était pas le seul objectif envisagé par notre historien Mégapolitain. En effet, en insistant sur la couleur pourpre de l’étoffe portée par Hasdrubal, Polybe parvint alors non seulement à mettre en exergue le luxe du tissu, mais à conditionner aussi ses lectorats Hellènes à forger un parallèle entre le Boétharque et les tyrans Grecs comme Agathocle, Machanidas et Cléarque d’Héraclée.
Il semble que la commisération que sentit Polybe envers la métropole africaine le poussât non seulement à ternir l’image d’Hasdrubal le Boéthaque, mais aussi à rendre hommage à Hannibal Barca. Hannibal Barca est l’unique général carthaginois que la description de sa tunique n’aboutit pas à sa stigmatisation. En effet, tous les généraux Puniques finissent par paraître en posture d’un despote ou d’un barbare y compris l’Himilcon de Diodore de Sicile. Il suffit de consulter les Perses d’Eschyle pour se rendre compte de la similitude saillante entre l’allure d’Himilcon et l’apparence de Xerxès : alors que le premier revint à Carthage pour hanter les temples tout en étant « vêtu misérablement», le second rejoignit Suse « couvert de vêtement en lambeaux». Il serait absurde de croire qu’une pareille analogie est le simple fruit du hasard. On penche plutôt à admettre que l’historien Agyrien a voulu reprendre « l’esquisse sordide » d’Eschyle pour éveiller dans la mémoire collective de ses lectorats l’image du Grand roi Perse et parvenir ainsi à stigmatiser le général carthaginois et à l’introduire, lucidement, en posture d’un commandant barbare. Dans cette optique, il s’affirme encore une fois, qu’une simple description de l’allure punique suffit pour condamner le Carthaginois d’où d’ailleurs l’intitulé de cet article. Ce qui est digne d’être souligné c’est que Diodore de Sicile ne se contenta pas de reproduire le portrait sordide de Xerxès, mais il reprendrait, entre autres, l’intrigue eschyléenne.

 

Benberkane Saadia, Université Alger 2.
La chasse des animaux et les habitudes de préparation.

Le thème de recherche se déroule sur la chasse et la préparation des aliments à base d’animal en fonction des goûts enracinés dans chaque société et ses relations avec les croyances religieuses, en particulier s’il s’agit de la civilisation phénicienne ou punique de tradition phénicienne et les sociétés parallèles de la civilisation punique.
La nature de la préparation des aliments est principalement liée au goût humain, qui est l’un des types de pensée les plus complexes de la société, mais aussi de chaque individu. Ce qui contribue aux différences de cultures. Comme connu, on distingue quatre types principaux des goûts sucré, salé, acide et amer, mais le changement du goût varie d’une communauté à l’autre. Ces caractéristiques sont également liées au bien-être de l’individu et à ses annexes architecturales destinées à la préparation de différents aliments. Plus les éléments de services sont différents, plus les aliments sont variés et disponibles.
La société se caractérise en cet égard par le respect de ses croyances et son lien avec son environnement ethnologique et écologique, ce qui lui fournit de la nourriture. Les tables antiques de certaines communautés se basent sur des plats d’agneau, d’huile d’olive, pain et vin, du porc et du bœuf, et cuisson à l’aide du beurre en choisissant les goûts préférés. Aussi que les produits laitiers ont une place exceptionnelle. Alors que d’autres communautés préfèrent les fruits de mer tels que les crustacés, les poissons et les saucisses et des plats aromatisés à l’huile de sésame.
Les organisations sociales amazighes contemporaines, la présence phénicienne et la civilisation punique en Afrique du Nord font partie des sujets de recherche les plus importants dans le domaine des goûts et des aliments, qui continuent à ce jour avec les coutumes exotiques qui ont été établies au fil du temps depuis les Phéniciens et avant eux l’influence orientale de l’Égypte jusqu’aux conquêtes islamiques.
Depuis les premières civilisations, l’animal occupe une place importante dans l’alimentation humaine, il a été concrétisé par des preuves matérielles sur des périodes phénicienne et punique qui sont caractérisées par une grande prospérité dans le domaine du commerce en général et de la chasse en particulier. Les croyances ont joué un rôle clef dans les théories nutritionnistes anciennes des sociétés nord-africaines, en particulier amazighes. Parmi les scènes les plus importantes représentées dans l’art antique sculpture ou mosaïque on trouve que l’animal peut être comme accompagnateur, source de nourriture, ou lié aux pratiques sacrificielles et rituelles offrandes aux divinités.

L’influence phénicienne à travers la civilisation carthaginoise sur la population nord-africaine dans le choix des goûts et des aliments ainsi que dans leur préparation et tout ce qui concerne la pêche en mer et sa préparation est évidente à travers de nombreuses scènes ethnographiques, mosaïques et fresques, qui dépassent les Romains en Afrique du Nord.
Problématique : Cette recherche nous a permet d’aborder le thème des goûts et des aliments d’origine animale, dans laquelle on pourra répondre à plusieurs problématiques et discussions dont la plus importante étant la préparation d’aliments d’origine animale? Et leurs relations avec les croyances ethnographiques ? Les aliments phéniciens orientaux exotiques la région d’Afrique du Nord en tant qu’un goût étranger préféré, en particulier la pêche maritime? La relation entre l’homme en Afrique du Nord et la mer et comment les Phéniciens ont-ils affecté le système de fruits de mer amazigh? Et Punique en tant qu’une bonne civilisation maritime constater dans les goûts des aliments ?
Méthodologie : Pour la préparation de cet article, nous adoptons la méthodologie historique et expérimentale avec ses outils descriptifs, analytiques et comparatifs.
Plan de travail :
Pour effectuer cette recherche, nous allons détailler les axes suivants:
– La chasse et la préparation des aliments d’origine animale
– Les croyances et leur rôle dans le choix des goûts
– Organisation sociale et politique et son rapport à la diversité des goûts en Afrique du Nord
– Influences phéniciennes sur les goûts en Afrique du Nord (punique)
– La continuité des goûts orientaux dans la civilisation post-romaine
Résultats attendus :
– Identification des aliments d’origine animale en Afrique du Nord
– Les sources d’alimentation animale apparue sur la table de l’Afrique du Nord
– La relation entre les goûts et les croyances
– La nature des influences étrangères sur la table de l’Afrique du Nord.

 

Bison Leonardo, University of Bristol.
Revealing lipids: foodways in Punic Sardinia investigated through organic residue analyses on pottery.

The application of organic residue analyses to archaeological pottery plays an increasingly relevant role in understanding past societies. Such methodologies enable us to recognize fats, resins and other commodities processed in ancient vessels, helping to better comprehend several issues related with foodways, such as vessel uses (Cramp et al. 2011), cultural and culinary changes (Cramp et al. 2014) and more broadly what kind of commodities were processed in the vessel (Roffet-Salque et al. 2016). Punic Sardinia is a very interesting environment to apply organic residue analyses on pottery, due to the limited rainfall facilitating lipid preservation and to the wide amount of historical and cultural changes targeting the island among the 6th and the 2nd centuries BCE: however, not many organic residue analyses have been undertaken thus far, both in Sardinia and in the Central and Western Mediterranean in general.
Thanks to the cooperation with several institutions and scholars, and among them primarily the Soprintendenza Beni Culturali, Archeologia e Paesaggio per la città metropolotana di Cagliari e le province di Oristano e Sud Sardegna, during my PhD project I analysed (applying Gas Chromatography; Gas Chromatography-Mass Spectrometry; Gas chromatography-combustion-Isotope ratio mass spectrometry) a total of 381 sherds dated in the Late Phoenician and Punic period (6th-2nd centuries BCE). In my contribution I will briefly resume and illustrate the most relevant outcomes of my 3-years-research.
Sherds proceeding from the sites of Nora, Pani Loriga, S’Urachi, Olbia, Sant’Antioco and Genuri San Marco (only settlement areas have been considered) have been selected for the project. Ceramic categories used in food preparation and processing have been analysed, including: pots, saucepans, basins, ovens and baking trays. This implies that subtypes and vessels supposed to not provide good lipid recovery are included: results will help to clarify their use.
In my paper I will outline some of my results, with particular focus on commodities detected, or not-detected, through the application of organic residue analyses (especially dairy products, meat, beeswax and honey, aquatic products): specifically, the lack of dairy and porcine fats in my samples appears to be significant, needing explanation. Moreover, results connected with vessel use and inter-site comparisons will be described: existing differences in lipid concentration and quality among pots, saucepans, basins and, more interesting, sub-categories of pots and basins, could suggest differences in use not previously hypothesized through the archaeological evidence. I will then focus on data interpretation, comparing and interpreting them basing on all archaeological, environmental and zooarchaeological data available. This appears to be the only possible way to coherently connect lipid remains to past foodways.
To sum up, I will illustrate how a broad application of organic residue analyses on cookware can importantly contribute to the understanding of past foodways, not only in Phoenician Sardinia. I will provide some new elements and insights about food and foodways in Sardinia and in the Phoenician and Punic World, stimulating debate among people with different backgrounds. I am aware that, being my project the first one to apply organic residue analyses on a large scale in the Phoenician and Punic world, more new questions than answers will emerge, but those data are nevertheless extremely relevant for the advance of research in Phoenician and Punic food and taste.

 

Cappella Federico, Università di Roma La Sapienza.
La ceramica red slip: funzione estetica e funzione comunicativa.

La ceramica red slip può essere considerata un marker culturale della presenza fenicia all’interno dell’intero bacino del Mediterraneo tra IX e VI secolo a.C. Si tratta di una ceramica fine che presenta un repertorio morfologico selezionato e il caratteristico rivestimento (ingubbiatura) di colore rosso. La superficie, generalmente lustrata a mano o al tornio, risulta nella maggior parte dei casi brillante e liscia al tatto. Questi elementi hanno spinto a ritenere questa produzione un’imitazione dei prototipi in metallo.
L’aspetto più ragguardevole della ceramica Red Slip è naturalmente il rivestimento poiché svolge diverse funzioni: abbellisce e nobilita (funzione estetica), impermeabilizza il copro ceramico (funzione tecnica) e, infine, sottolinea la connotazione culturale, e in alcuni casi lo status sociale, dei suoi possessori (funzione comunicativa).
Il gusto per la ceramica rossa accomuna le genti di cultura fenicia in tutto il Mediterraneo al punto che, ancora oggi, laddove venga rinvenuta ceramica Red Slip è inevitabile l’associazione al mondo e alla cultura fenicia, la cui espansione, perciò, può essere indagata indirettamente attraverso lo studio dei suoi molteplici contesti di rinvenimento. La sua diffusione capillare è inoltre la prova di quanto questa ceramica fosse apprezzata dai popoli dell’areale mediterraneo, produzione pregiata e dal gusto orientale. Si trova spesso associata, inoltre, a ceramiche d’importazione greca e cipriota che contribuiscono ad arricchire i repertori ceramici locali.
Il rosso, a partire dalla lavorazione della porpora e la tintura dei tessuti, è il colore del mondo fenicio ed è il colore con il quale i Fenici si identificano e gli altri popoli li riconoscono. L’appellativo greco Phoinikes, infatti, è strettamente legato alla determinazione di tale colore e può essere tradotto come “gli uomini dalla pelle rossa”. In conclusione, il vasellame con questo tipo di rivestimento, metaforicamente la “pelle” del corpo ceramico, può essere considerato un simbolo ben riconoscibile e per tale motivo questo è apprezzato al livello pan-mediterraneo. La sua presenza in contesti archeologici specifici, spesso accomunati dall’ideologia del banchetto, è il frutto di una scelta mirata e consapevole. Negli insediamenti coloniali dell’Occidente fenicio, poi, sembra evidente che i ceramisti fenici operino delle scelte selettive e tutt’altro che occasionali nell’ambito di un repertorio, quello delle classi formali e funzionali orientali, ben più variegato; tali scelte sono probabilmente orientate al soddisfacimento del gusto della clientela locale, differente da regione a regione.

 

Ferrante Nina, Università di Roma La Sapienza.
La produzione tessile in ambito fenicio-punico del Mediterraneo Occidentale nell’Età del Ferro. Analisi dei contesti di rinvenimento negli insediamenti fenicio-punici.

Il mio progetto di dottorato si prefigge di rintracciare un modello produttivo attraverso l’analisi dei contesti fenicio-punici di industria tessile nell’Età del Ferro nel Mediterraneo Occidentale, partendo dalla materia prima per arrivare al prodotto finito.
Per realizzare tale risultato, si farà ricorso sia alle varie fonti esistenti e reperibili (tracce archeologiche, fonti iconografiche, epigrafiche, letterarie), sia ad ambiti interdisciplinari (studi etnografici ed antropologici, archeologia sperimentale, analisi chimico-fisiche).
Il tema del progetto è profondamente connesso con l’argomento del « Gusto come costruzione culturale », asse fondamentale del Progetto AGEMO.
Il Gusto caratterizza la cultura di una civiltà, rivelandone gli aspetti antropologici, economici, sociali, politici. In quest’ottica, l’indagine sulla produzione tessile in ambito fenicio-punico esaminerà le varie fasi e le varie attività che portano al prodotto come « risultato finale », a partire dalla scelta dei materiali, dalla preparazione dei filati, e dagli utensili adoperati, per arrivare alla scelta dei coloranti, delle forme e delle funzioni dei prodotti finiti.
Nella tesi si analizzerà il ruolo svolto dal gusto estetico del vestire, e dell’abbigliarsi in generale, nelle società fenicio-puniche del Mediterraneo Occidentale, per arrivare a comprenderne i contesti sia geografico-spaziali che cronologico-temporali. Più in particolare: da un lato, quale sia stato l’apporto culturale della Madrepatria in un contesto dinamico di espansione verso l’Occidente, dall’altro, quale influenza abbia avuto in questo settore l’eredità delle società protostoriche del Mediterraneo Occidentale dell’Età del Ferro.
Il gusto estetico nella produzione tessile svolge un ruolo fondamentale nello studio della civiltà fenicio-punica: al tema simbolico-estetico dei colori adoperati per le vesti (rosso porpora, giallo, ecc.) e a quello, spesso metaforico-allegorico, dei motivi decorativi, si aggiunge un valore sociale e politico di rilevante spessore (S. Harris, From value to desirability: the allure of worldly things, World Archaeology 49, 2017, pp. 681-699). La produzione tessile nelle colonie fenicio-puniche occidentali, infatti, in tutti le sue fasi storiche e in tutte le sue manifestazioni locali è portatrice di un gusto specifico e peculiare, risultato del connubio evolutivo fra identità e contesti differenti.
Attraverso l’analisi di evidenze iconografiche in ambito fenicio-punico e indigeno si cercherà di rintracciare, laddove ve ne siano, modelli vicino-orientali e di trarne le dovute differenze.
Inoltre, poiché la tessitura nelle colonie occidentali era molto probabilmente demandata alla sfera femminile (Mh.H. Fantar, Kerkouane III, Tunis 1987), e forse solo in ambito domestico, si farà particolare attenzione alle tecniche di tessitura e ai motivi decorativi (J.E. Cáceres Gutiérrez, Cerámicas y tejidos: sobre el significado de la decoración geométrica del Bronce Final en la Península Ibérica, Complutum 8, 1997, pp. 125-140), spesso patrimonio culturale di tradizioni locali di cui le donne si fanno portatrici.

 

Fersi Lamia, Université de Tunis.
Les œnochoés puniques à Kerkouane : un goût particulier ?

La céramique punique se caractérise par la variété de son répertoire et sa large ouverture aux influences méditerranéennes. La décoration de la céramique commune punique est généralement peinte et elle se caractérise par les motifs de bandes de couleur rouge ainsi que les guirlandes, rameaux, yeux…Il s’agit d’une céramique essentiellement utilitaire dont la production est limitée par des modèles morphologiquement constants. Ce phénomène de production de masse et de stabilité de séries n’exclut pas la recherche artistique pour quelques vases que ce soit pour la morphologie de la forme ou bien l’ornementation.
Au cours de l’inventaire général des réserves du musée national du Bardo, on a découvert un nombre important d’œnochoés à embouchure comportant un pincement. Ces vases portent deux indications le numéro de la tombe et l’année de la découverte : (15) et Kerkouane 1933 ou (114) et Kerkouane 1933. Après quelques recherches, nous avons pu déterminer que ces œnochoés ont été exhumées du secteur d’Areg El Ghazouani de la grande nécropole de Kerkouane .
Dans ce travail, il est question de présenter l’étude du répertoire décoratif de cette forme qui est omniprésente dans ces tombes et, éventuellement, fabriquée dans des ateliers régionaux ou même locaux avec une forte inspiration du répertoire de la céramique commune punique. Le répertoire décoratif des œnochoés de Kerkouane se distingue par certains éléments caractéristiques :
– L’absence de l’engobe rouge.
– La fréquence du décor linéaire surtout sur la panse : superposition des filets. Ce décor est caractéristique du IIIe siècle av. J.-C.
– La présence des tremoli, trois traits verticaux répétés trois fois sur l’épaulement. Des parallèles à ce décor ont été mentionnés sur la céramique siciliote datée de la fin du IVe siècle et le début IIIe siècle av. J.-C.
– Une autre ornementation consiste en la présence d’un motif qui ressemble à une flèche placée sur la panse de l’œnochoé.
– Un autre motif est attesté à Kerkouane et dans tous les sites puniques méditerranéens, est la frise de pétales placée sur l’épaulement des œnochoés du IIIe siècle av. J.-C.
L’originalité de la décoration des œnochoés de la nécropole de Kerkouane est le motif des yeux peints sur l’embouchure. Le recours à ce thème est attesté particulièrement à Ibiza.
La problématique principale intéresse donc l’étude des caractéristiques du répertoire décoratif des œnochoés de Kerkouane à savoir le décor peint qui est dominant. Nous avons révélé plusieurs motifs ornant ces vases : des motifs végétaux, géométriques, anthropomorphes et zoomorphes. L’analyse de cette forme connue dans le répertoire de la céramique carthaginoise constitue un témoignage important sur les caractéristiques régionales et les variantes locales attestant certaines spécificités qui enrichissent le répertoire de la céramique punique d’une manière générale.
Ce vase particulier et à travers l’ensemble de motifs décoratifs qu’il a reçu représente un élément important qui peut nous renseigner sur l’identité de la population qui occupe les tombes et évaluer l’apport de son contact avec les autres sites puniques méditerranéens.
Une deuxième problématique concerne le nombre des exemplaires qui ont été retrouvés à Kerkouane. La collection étudiée dépasse les 300 exemplaires. Ce chiffre n’a pas d’équivalent dans les autres nécropoles du monde punique de façon générale. Le nombre des œnochoés dans les tombes puniques au cap Bon ou bien au Sahel ne dépasse pas les quelques exemplaires, moins qu’une dizaine par nécropole. Cette fréquence à Kerkouane est curieuse et incite à poser plusieurs questions. Pourquoi cet attachement à cette forme ? Qu’elle est la signification de cette fréquence ? Quel est le rapport entre la présence de ce vase et les pratiques funéraires ? Comment interpréter cette distinction de la nécropole d’Areg El Ghazouani ? Peut-on parler de goût en rapport avec l’usage et la présence de ce vase ?

 

Hafiane Nouri Sonia, Université de Tunis.
Iconographie des stèles votives de Carthage dédiées par des suffètes : Goût spécifique ou iconographie ordinaire.

Avant d’entamer l’étude de l’iconographie des stèles dédiées par des suffètes ou par un dédicant issu d’une famille appartenant à cette catégorie, l’on se doit de rappeler que les historiens ne sont pas unanimes sur le rôle de l’institution sufétal. Avait-elle un rôle politique et/ou militaire ? Jouissait-elle de privilèges religieux ou autre ? Quoi qu’il en soit le rôle de cette institution, le suffète appartient à la catégorie la plus haute de la société .
En outre, nous rappelons que la racine « Špt » pose le problème de traduction, certains spécialistes l’interprètent comme un « simple » nom et d’autres trouvent dans cette racine le sens de « gouverner et d’exercer le pouvoir » . Les stèles votives du tophet de Carthage commémorant le sacrifice offert aux deux divinités du grand panthéon carthaginois, TNT et BCL HMN, présentent des inscriptions dédiées par des dédicants dont les noms sont succédés par le titre « HŠPT » ou dont la généalogie témoigne de l’appartenance à cette institution. Consciente du fait que nous procédons sur un terrain très glissant. Nous estimons que la prudence doit être de mise.
L’étude présentera un catalogue exhaustif des stèles mentionnant la racine « Špt » avec l’ajout de l’article définit « H », traduit par « le suffète ».
Il faut ainsi annoncer, dès le début, que malgré le nombre important des stèles votives du tophet de Carthage (environ 6000 stèles), les stèles, sujet de notre recherche, ne dépassent pas une vingtaine.
Il faut ainsi rappeler que le travail de la pierre exige une main-d’œuvre spécialisée avec les moyens nécessaires pour bien assurer la bonne exécution de la taille de pierre et la bonne réalisation du décor. De ce fait, et si l’on part du principe que les suffètes représentant une catégorie qui se caractérise par sa richesse , érigeaient des stèles spécifiques par rapport aux autres catégories de la société, l’on est en droit de se demander si ces monuments présentaient des traits spécifiques et la bonne exécution du décor pourrait déterminer si le dédicant appartenait à la famille des suffètes ? Seraient-ils le reflet d’un goût dominant que les autres composantes de la société ne faisaient qu’imiter.
Nous espérons, par notre contribution, éclairer une partie de la vie religieuse carthaginoise qui sacrifiait dans ce lieu de culte et à partir de cette étude iconographique, nous essayons d’établir un corpus des motifs et des compositions dont l’interprétation nous assiste à pénétrer dans la pensée de cette catégorie.
L’examen du matériel incite aussi à poser la question: y auraient des motifs caractéristiques et des traits communs qui le distinguaient du reste de la production carthaginoise ? Y a-t-il une particularité stylistique entre le décor des stèles dédiées par un suffète et d’autres offertes par un dédicant appartenant à cette catégorie ? Serait-il possible de suivre l’évolution de ces symboles qui figuraient sur des stèles votives de Carthage couvrant une datation s’étalant de la fin du Ve siècle jusqu’au IIe siècle av. J.-C. ?

 

Hamani Sabrina, Université Alger 2.
Sauces et salaison de poisson entre tradition et survivance culinaire.

La pêche et le commerce étaient les activités économiques les plus importantes de l’époque antique. Le développement économique résultait d’une industrie de transformation dont la plus importante était la préparation de sauces ou de poissons salés, par conséquent de nouveaux éléments architecturaux ont été adaptés à ce type d’activités et d’industries, on retrouve des vestiges de ces ateliers dans toutes les villes côtières de l’Afrique du Nord. C’est ainsi que l’homme a exploité les ressources maritimes.
Les sauces et salaisons de poisson sont un héritage méditerranéen ; avant la période romaine cette pratique existait dans toutes les civilisations méditerranéennes elle remonte jusqu’à la civilisation phénicienne et égyptienne, quoi qu’elle ait connu son apogée durant la période romaine.
Les textes historiques ne donnaient pas assez d’informations sur les sauces de poisson et salaison en détail. De ce fait, un certain nombre de questions restent posées, comme l’origine des sauces et salaison de poisson et sa perpétuité.
Les Phéniciens créent des installations de salaisons mais les Romains surent mettre à profit ces possibilités économiques en développant plus encore l’exploitation des sources maritimes. Les études qui ont été faites sur les vestiges des ateliers trouvés dans les villes méditerranéennes tels que la Tunisie et le Maroc ou Italie, Espagne sont généralement datés de l’époque romaine, rare ceux qui remontent à l’époque punique.
Notre intervention, est une contribution qui portera essentiellement sur l’origine de cette activité et des traditions culinaires de l’époque en la situant dans le temps et l’espace. Cette recherche se veut de créer une nouvelle piste dans les traditions culinaires nord-africaines.

 

Touj Fatma, Université de Tunis et Università di Roma L’Orientale.
Études des pratiques funéraires de trois nécropoles puniques Cap Zebib, El Mansourah et El Hkayma : similitudes et divergences.

Le monde funéraire punique représente un riche champ d’informations en rapport avec les rites et pratiques funéraires. Le brassage entre le substrat libyque et les influences phéniciennes a contribué, avec l’influence des autres civilisations méditerranéennes, à mettre en place ce paysage funéraire. Les trois nécropoles objet de ma recherche sont bien présentes dans le territoire punique, néanmoins dans trois régions géographiques distinctes, la nécropole de Cap Zebib à Bizerte, la nécropole d’ElMansoura au cap Bon et la nécropole d’El Hkayma au Sahel. Les trois nécropoles datent entre le IVe siècle et la première moitié du IIe siècle av. J.-C.
L’étude des pratiques funéraires entre ces trois ensembles funéraires a démontré la présence de similitudes bien claires mais aussi des particularités ont été notées. Le monde funéraire punique montre bien la coexistence et même la survivance d’un substrat bien ancré. Le recours par exemple à l’inhumation latérale contractée ou fléchie est attesté dans deux sur les trois nécropoles étudiées (El Hkayma et El Mansourah) et dont la fréquence du recours à ce mode varie entre ces deux aires funéraires.
Ce mode d’inhumation primitif selon G. Camps, est très commun dans les divers continents. Il est bien attesté surtout dans les nécropoles libyques. L’application de l’ocre rouge sur les ossements surtout au niveau du crâne est une pratique ancestrale de même origine libyque. La présence de l’ocre rouge a été bien attestée dans les trois espaces funéraires, néanmoins l’usage était différent dans chaque nécropole. Dans la nécropole d’El Hkayma, l’utilisation de l’ocre rouge traduit la pratique semblable aux tombes libyques. Cependant, l’usage de l’ocre rouge prend une autre forme dans les deux autres espaces funéraires, il est présent dans la nécropole de Cap Zebib par exemple autant qu’offrande.
L’influence des civilisations méditerranéennes se traduit essentiellement par la présence des éléments du mobilier d’importation. Nous avons observé une richesse au niveau de certaines tombes avec un mobilier très varié d’une part, d’autres tombes montrent une certaine modestie au niveau des éléments déposés auprès du défunt. La richesse du mobilier pourrait être expliquée par certain par le statut social du défunt, des arguments plaident vers l’hypothèse d’un choix, d’une décision des proches du mort qui pourrait être liée à certaines croyances.
Nous allons essayer de démontrer les particularités entre les trois nécropoles et au sein d’un même espace funéraire. Nous tenterons de mettre le point sur les différentes hypothèses qui pourraient expliquer cette diversité. Nous essayerons ainsi de déterminer en premier temps la persistance de certaines pratiques funéraires du monde libyque et leur fréquence. Ceci pourrait être traduit par une décision pour marquer l’appartenance socioculturelle, ainsi l’identité ethnique. En deuxième temps, notre objectif sera de déterminer la fréquence de la présence du mobilier d’importation dans les trois espaces funéraires, qui pourrait démontrer une ouverture à l’univers méditerranéen et le statut social, un choix qui pourrait expliquer une ouverture à d’autres civilisations et à d’autres goûts. Enfin, nous chercherons l’existence d’un lien entre les pratiques funéraires et le profil biologique (sexe et âge au décès), pour essayer de démontrer la possibilité de la présence de pratiques funéraires réservées à un profil biologique précis.

 

Yahyaoui Maroua, Université de Bretagne occidentale et Université de Tunis.
Mélange de goût mélange de style. Observations à propos d’une stèle néo punique provenant de la région du Kef.

Le travail que nous proposons portera sur une stèle inédite dont l’iconographie est particulièrement riche et où l’on voit un mélange de goût punique et romain. Eu égard à la nature de la pièce, nous avons choisi pour notre contribution le titre suivant « Mélange de goût mélange de style. Observations à propos d’une stèle néo punique provenant de la région du Kef ».
Le lieu exact de provenance de cette stèle est pour le moment inconnu.
Fragmentée en deux morceaux, il s’agit d‘une stèle couronnée d’un fronton triangulaire, mesurant 1 mètre 20 de hauteur, 40 cm de largeur et 18 cm d’épaisseur, de calcaire blanc grisâtre. Elle est composée de trois registres superposés. Dans la partie inférieure on aperçoit un cartouche avec deux piliers des deux cotés limitant le signe dit de Tanit avec un cercle plein posant sur une barre coudée aux extrémités dirigées vers le haut et formant un cadre en forme de cartouche d’inscription ou champ épigraphique, la partie inférieure est formé d’un triangle vidé. Les deux registres inférieurs et celui au milieu sont séparés par une moulure en forme de listel saillant.
Au niveau du deuxième registre dans un cartouche quadrangulaire mouluré est représentée une figure féminine, portant une robe ou bien une tunique drapée, la main gauche et serrée contre la poitrine en tenant un vase en forme de biberon ? Ou bien une boite à encens et par la main droite tendue vers le bas au-dessus d’un autel enflammé ; elle tient une patère elle serait en train d’égrainer de l’encens . L’autel est de forme quadrangulaire, le corps est orné par des fûts cannelés ; un socle et un plateau moulurés. Ce personnage féminin serait probablement une prêtresse en train de faire un sacrifice ou une libation ?
Le troisième registre est en forme de fronton triangulaire, le contour est orné par un bas-relief en forme de frise d’oves. Le cartouche inférieur est brisé. Au milieu, un croissant aux cornes retournées vers le haut orné par deux fleurs de lotus à trois pétales retournées vers le bas. Le croissant est surmonté par un disque limitant une rosace à six pétales. Ces motifs seraient des symboles astraux qui figurent abondamment sur les stèles puniques dédiées à Baal Hammon et à Tanit.
L’étude iconographique et stylistique de cette stèle trouvée hors contexte archéologique nous permet néanmoins de voir les interactions entre un goût punique indéniable qu’on peut déceler à travers l’omniprésence du signe dit de Tanit et le croissant lunaire et qui occupent la place de choix sur la stèle et l’apport des nouveaux conquérants et que reflète l’habillement de la figure féminine. La pérennité des motifs d’époque punique remet en cause l’idée largement véhiculée par la tradition classique visant à ternir l’image des Carthaginois en les dépeignant, dans leurs rapports avec l’élément autochtone, comme un peuple fermé qui ne faisait qu’exploiter cruellement son territoire.

 

Zielli Fabiola, Università di Roma La Sapienza.
La ceramica fenicio-punica del Tofet di Mozia. Studio tipologico e funzionale del repertorio ceramico degli “scavi Ciasca” (1964-1973).

Il progetto di dottorato da me condotto consiste nell’analisi tipologica e funzionale dei reperti ceramici di produzione fenicio-punica rinvenuti negli strati (1) del Tofet di Mozia, durante gli scavi di Antonia Ciasca, svolti ininterrottamente tra il 1964 ed il 1973. La ricerca si svolge parallelamente su due filoni: l’analisi e la classificazione del materiale ceramico (2) e la proposta di un’interpretazione funzionale dei manufatti, ricostruendo le attività rituali che ne vedevano il coinvolgimento. A lungo oggetto di ricerca per studi specifici (3), infatti, il santuario risultava privo di un’analisi puntuale del repertorio ceramico fenicio emerso (4), non afferente ad urne o strettamente correlato a corredi.
Il Tofet in questione si inserisce nella più ampia tematica di tali santuari pubblici a cielo aperto (5), i quali costituiscono una fonte fondamentale di informazioni riguardanti i centri urbani di appartenenza e la stessa civiltà fenicia. In particolare, l’argomento trattato è fortemente legato alla tematica del gusto nelle sue diverse sfaccettature. In primo luogo, infatti, lo studio riguarda materiali che per lo più appartengono alla sfera quotidiana alimentare, ovvero forme nate per l’utilizzo nell’ambito della cucina e riutilizzate nel Tofet. Al contempo, la scelta e la produzione di questi materiali delineano l’affermazione identitaria fenicia in Occidente. La visione complessiva delle principali forme e tipologie vascolari presenti (6), anche per il notevole numero di manufatti, quindi, costituisce un valido strumento per una più profonda conoscenza del santuario, e, più in generale, della cultura fenicia stessa, nel momento cruciale del suo incontro con il mondo occidentale. Del resto, il Tofet moziese è di poco successivo all’insediamento fenicio nell’isola (7) ed i materiali ritrovati si collocano in un arco temporale che va dall’VIII secolo a.C. fino al IV sec. a.C., con esemplari più sporadici successivi alla distruzione dionigiana (397 a.C.). Questo implica la restituzione di un vasto panorama da leggere tramite lo studio dei reperti, che permette di analizzare l’affermazione dell’identità fenicia, attraverso la continuazione, ma anche l’abbandono di alcuni aspetti provenienti dalla madrepatria e la ripresa di elementi indigeni all’interno della propria tradizione. Nelle fasi più arcaiche si nota, infatti, la scelta di un ri-utilizzo di recipienti di produzione orientale, commisti a esemplari vascolari mutuati sulle tradizioni autoctone. Al contempo, si affermano le tipologie di produzione fenicia più prettamente locale e che diventeranno predominanti nelle fasi successive.
Infine, l’analisi della funzionalità dei reperti ceramici, in riferimento ad attività cultuali (8), porta ad avvalorare ed approfondire l’ipotesi dello svolgimento di banchetti rituali e di sacrifici alle divinità, entrambe pratiche associate all’atto deposizionale. Infatti, nonostante la frammentarietà del materiale legata al continuo rimaneggiamento in antico degli strati del santuario, si sottolinea che la consistente percentuale di reperti ceramici riconducibile all’ambito alimentare (9), unita allo studio della bibliografia scientifica di confronto, delle fonti bibliche e classiche e delle iconografie delle stele, rende plausibile l’utilizzo degli esemplari vascolari durante pasti sacri o per la purificazione e la preparazione delle offerte alimentari alle divinità.
Gli obiettivi delineati convergono in una visione di più ampio respiro che ha come intento ultimo quello di contribuire alla comprensione dell’intero contesto del Tofet di Mozia. Il lavoro in atto, infatti, va a rappresentare un tassello da unire ai precedenti studi svolti sul santuario moziese, con lo scopo di raggiungere un’esaustiva visione d’insieme. Per ultimo, obiettivo generale della ricerca è quello di cooperare alla conoscenza della ceramica fenicio-punica, in particolare quella utilizzata per scopi rituali, e dell’ambiente stesso del Tofet, luogo chiave dell’identità fenicia.

(1) Antonia Ciasca individua sette strati di utilizzo del Tofet (Ciasca 1992, 113-155; Nigro 2004, 38-45), per lo più sovrapposti l’uno all’altro con un sistema di rialzamento artificiale del terreno. A loro volta gli strati sono attribuiti a tre fasi cronologiche differenti: Fase A – Strati VII, VI, V (750-520 a.C.); Fase B – Strati IV, III, II, I,2 (520-397 a.C.); Fase C – Strato I,1 (397-300 a.C.).
(2) Ceramica da mensa, da conservazione, da fuoco e da preparazione, seguita da ceramica dipinta, anfore e ceramica per usi speciali.
(3) Si citano fra tutti: M.G. Amadasi Guzzo 1978, 153-159 e 1986, 189-207; A. Ciasca 1996, 629-637 e 1996, 317-346.
(4) Unico lavoro a riguardo consiste nell’esposizione esemplificativa di Bice Pugliese nel report di scavo in Mozia I (Pugliese 1964, 71-81).
(5) Si ricordano i tofet fenici (VIII sec. a.C. – prima metà VI sec. a.C.): Cartagine, Sousse, Tharros, Sulcis, Bitia e Rabat; i tofet punici (metà VI sec. a.C. – 146 a.C.): Monte Sirai, Nora e Cagliari; e quelli tardo punici (II sec. a.C. – I/II sec. d.C.): Costantina, Sabratha, El Kénissia, Dougga, Henchir el Hami ecc. (D’Andrea 2011, 133; 2018).
(6) Si sta procedendo con lo studio quantitativo e tipologico della ceramica. A questo sono associate la definizione cronologica degli strati, incrociando i dati a quelli desunti da un’attenta esaminazione archivistica dei diari e dei documenti di scavo inediti di Antonia Ciasca, e l’analisi statistico-quantitativa delle principali tipologie ceramiche per strato. A tale scopo si utilizza il sistema del calcolo del numero minimo degli esemplari vascolari, prendendo in considerazione i frammenti diagnostici divisi per classe e forma. Questa fase del lavoro convergerà in una resa grafica con la realizzazione di un catalogo e con l’elaborazione di tabelle crono-tipologiche contenenti i principali tipi ceramici presenti in ogni strato.
(7) Ciasca 1992, 117; Nigro 2018, 258. Ad ogni modo la zona in questione restituisce delle evidenze di frequentazione fin dall’epoca preistorica.
(8) Tra cui bruciaprofumi, lucerne con tracce d’uso, forme miniaturistiche o miniaturizzate, ma anche tipologie di ceramica comune.
(9) Oltre a piatti, coppe, olle o brocche neck ridge, che possono costituire urne cinerarie o coperture di queste, rese difficili da definire con certezza dalla loro frammentarietà, ci si riferisce alle numerose forme da preparazione (bacini, mortai e lekanides), ai secchielli, ad alcune tipologie di pentole, a grandi forme da conservazione e agli attingitoi.


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search